Vancouver airport – 3 août 2012

Levés tôt, nous n’avons aucune envie de nettoyer le camion.

Petit-déjeuner, je vais chercher deux cafés américains. Puis le Loup s’active. Une tornade blanche. Et moi ? Moi, je l’encourage à arrêter…
Quand nous reviendrons à Vancouver (parce que nous y retournerons), nous éviterons soigneusement ce camping. D’abord il est très cher, ensuite il est bruyant, l’accueil est en allemand du coup le dépaysement est nul, on entend parler seulement le suisse-allemand.
Nous prenons la route, j’ai l’estomac noué, j’ai peur de ne pas être à la hauteur pour diriger le Loup. Nous nous débrouillons pas mal. Une petite erreur. On récupère. Une seconde p’tite erreur, on l’a récupère aussi.
Et nous retrouvons  tous nos petits copains du camping à la pompe à essence à côté de chez Fraserway.
Chez Fraserway, c’est l’effervescence ! Le type qui nous reçoit est très agité. On a à peine le temps de se garer, que déjà on est mis dehors de notre Flèche, on n’a plus les clés. Tout époulaillé le monsieur ! S’agite comme fou, tourne autour du camion, monte, descend, remonte….Nous on est là comme deux couillons les bras ballants….On lui fait nos petites remarques. Non, non, ce n’est pas à lui qu’il faut les faire, c’est « dedans ». D’ailleurs il veut qu’on y aille, « dedans », il veut presque déjà nous mettre dans la navette pour l’aéroport.
Alors « dedans » ils nous entendent. La dame court voir le boss et revient en nous proposant un dédommagement pour les fuites et autres désagréments. Magnanime, le Loup accepte ! Faut dire que chez Fraserway ils ont vu que c’est la quatrième fois que l’on loue chez eux. Hé, hé ! Ca aide.
On est mis dans une navette avec la première fournée. Départ. On se retrouve à l’aéroport avant midi. L’enregistrement ne peut se faire qu’à 16h45 et notre vol est à 20h40….Vous allez où, vous, avec trois tonnes de bagages, hein ? Eh ben nous aussi, on est resté.
Avons mangé une pizza, ma foi, bonne, avec du Pepsi. Et avons squatté la place durant trois bonnes heures, mon Loup face à l’écran géant se gavait de Jeux Olympiques et moi je désirais finir mon livre pour alléger mes bagages….Et puis j’ai encore fait des petits achats aux boutiques des Nations Premières de l’aéroport.
A 16h30, morts d’ennui, nous allons nous mettre dans les starting blocks pour l’enregistrement. Nous ne pouvons pas le faire nous-même car le passeport du Loup est trop ancien. Comme une dame fait déjà la queue, toute seule, on se met derrière. Là elle nous informe que sa queue à elle c’est pour les gens qui se sont enregistrés eux-même. Bon. Nous commençons une autre queue à côté. Puis le Loup  a envie de fumer, alors on s’en va. Dans l’intervalle un monsieur reforme la queue où nous étions et nous nous mettons courageusement derrière.
Faut que je vous explique au moment du départ à Cointrin, nous étions les premiers, l’hôtesse qui nous a mal reçu, nous a réexpédié dare-dare à l’enregistrement automatique. On s’y met, aidé d’une hôtesse qui passait par-là, et ça n’a pas marché. Résultat, on s’est retrouvé au point de départ, mais loin d’être les premiers. Et par chance nous avons évité l’hôtesse grincheuse et sommes tombés sur une femme adorable.
Donc nous sommes derrière un monsieur qui nous paraît un peu gogol (il portait un T-shirt Google, y a peut-être un rapport) et tout va très vite, très agréablement.
Nous retournons dehors et là, sirène de pompiers. Un beau camion rouge pile devant nous et cinq gaillards (genre Bruce Willis) en jaillissent pour porter secours à un malheureux automobiliste ayant un pneu crevé. Ils essaient de l’aider. Un écrou récalcitrant refuse de céder. Alors là, le camion se gare tout à côté de la voiture, ils sortent tout un arsenal d’outils mais rien n’y fait. Finalement ils ont réussi. Zut, j’ai eu une inattention et j’ai raté l’instant !?!! Mais soudain j’ai entendu « Hourra » et vu tout le monde, dont mon Loup, applaudir et lever le pouce. Les gens étaient ravis et félicitaient les pompiers. Les pompiers étaient contents, nous aussi. Tout le monde rigolait et c’était la fête. Ils ont repris tous leurs trucs, se sont réinstallés dans leur camion. Ils sont repartis en nous faisant des grands signes de la main et nous on leur faisait « au revoir » et « bravo » !
Eh bien les pompiers de Richmond, c’est vraiment des  sacrés gaillards, bien sympas. Essayez ici de demander aux pompiers de vous aider pour un pneu crevé….
Ces émotions nous ayant creusé l’appétit, il était temps de se régaler d’un dernier fish&chips.
C’est terrible, de voir manger les gens : des spaghettis au saumon avec des frappés chocolat. Beurk ! Comment ils peuvent faire çà !
Embarquement avec du retard. Mangeons. L’avion est ensuite mis dans le noir, hublots fermés. Tentative d’endormissement. Nos deux voisins de devant, de vraies pipelettes, ont des tas de trucs à se raconter. Franchement ça n’intéresse pas le reste des passagers, mais nous  n’avons pas le choix. Le petit vin rouge, ajouté à l’apéro les ont mis en pleine forme. Finalement après plainte de tout l’avion une hôtesse leur ôtera les « biberons », ils prendront conscience de la gêne occasionnée et s’excuseront. Cool !
Devons tourner un bon moment au-dessus de Londres, il y a beaucoup de trafic. Moi le sandwich tomate-cheddar, servi comme croissant au petit-déjeuner, menace de vouloir ressortir. Tout ira finalement bien.
Nous sommes toujours étonnés au moment de l’atterrissage, il y a un moment où deux hôtesses viennent aux sorties de secours de chaque côté de l’avion et doivent tourner une poignée. Ca doit être un truc hyper dur à faire, car elles sont toujours tellement contentes quand elles l’ont fait, ça donne l’impression d’être l’exploit du siècle et l’on se demande bien à quoi on a échappé !
Dernier vol sur Genève. Plus rien à voir avec un 747, beaucoup plus confortable. En revanche pendant l’atterrissage, on entend de tels bruits, on a l’impression qu’il y a un p’tit bonhomme qui freine, tout seul, puis qu’il pédale pour rentrer les « flaps ».
Nous attendrons nos bagages en vain, ils sont restés à Londres. Ils seront livrés à domicile, dans notre corridor le dimanche matin. Ca nous adorons !
Nous avons ainsi pu passer un moment tranquille avec Edith et André qui étaient venus nous chercher.
Le dimanche sera bien occupé à ranger et faire des lessives.
Et lundi : boulot….
Nous étions contents de rentrer chez nous, Jujunette aussi.
Chanel nous attendait derrière la porte en nous engueulant d’abord, puis une fois dans mes bras, elle se serrait contre moi et ronronnait. Ne nous a plus lâchés. Elle est belle, ma Chanel, nous sommes heureux de la retrouver. Les jours suivants, on la voit décliner un peu. Son contrôle chez le vétérinaire s’est révélé plus ou moins bon. Elle a maigri et ce n’est pas bien, mais à plus de 17 ans…. Espérons que le bon air de St-Luc lui fera du bien, elle va y passer dix jours avec le Loup. Nous voyons bien que nous approchons de l’affreux moment où elle va nous quitter, nous la choyons beaucoup.
Quand à nous, le décalage horaire de neuf heures a été dur. Pour moi comme je recommençais à travailler, je me suis forcée à ne pas dormir aux moments où j’en aurai eu envie… Le Loup a été moins jugulaire et cinq jours après, il en est toujours à l’heure canadienne !
Des photos viendront encore égayer le blog et peut-être des films. Car j’ai un Loup-cameraman. Il adore cela. Il organise des petits scenari. C’est toujours assez ludique la façon de procéder.
Il me dit ce qu’il aimerait que je fasse, puis décide d’un code, du genre : quand je te dis : « Vas-y » tu comptes : jusqu’à 2 et tu démarres.
Cela paraît fort simple. Ben vous n’imaginerez jamais le nombre de ratés que l’on a eu.
Chaton est distrait, compte trop lentement = Loup pas content.
Chaton a cru entendre « Vas-y » et débarque trop tôt = Loup pas prêt.
Chaton n’a pas entendu et ne bouge pas = Loup très mécontent.
Les gens sont morts de rire à nous voir faire, surtout pour les engins de musculation à Burns Lake.
Chaton devait faire les exercices avec le sourire en donnant l’impression que c’était facile. Ben au fur et à mesure des prises c’était plus possible. J’ai bien proposé de filmer, moi. Pas voulu, le Loup !
Il a raison, moi je m’énerve, je fais des zooms dans les deux sens trop rapidement et tout le monde vomit : Le Loup vu normalement, puis que les narines, puis un petit point dans le lointain et de nouveau les narines !!!
Il n’y tenait pas du tout.

Bon et maintenant, comme dirait Chanel, une bonne sieste et au lit !

Retour Burnaby – 2 août 2012

Ce matin levés vers 9h00, un jus de pamplemousse, et départ pour la dump ! 

Le RV, qui fuit pourtant de partout, est constipé et ne veut pas faire sa crotte…. 

Le Loup a gardé son look de baroudeur (entendez par là, homme des bois !)  et moi je me suis habillée chaudement, (écharpe autour du cou) et nous nous dirigeons vers « Sea to Sky Air».

www.seatoskyair.ca/

Quoi qu’est-ce donc là ?

 

La veille sur un panneau au bord de la 99, j’avais entraperçu une annonce proposant des vols en petits avions. Ca nous a turlupiné une partie de la nuit, avons sorti internet et trouvé l’itinéraire. 

Au terrain d’aviation, aucun blaireau, nous sommes les premiers. 

Le Loup demande si on peut faire un vol et le type, très sympa, nous montre les possibilités. 

Nous choisissons le survol de la Vallée Squamish, 35 minutes de bonheur. Evidemment Jujunette a tenu absolument à être de la partie. Elle voulait aussi un pilote qui parle français, mais s’est rendue aux arguments du Loup qui préférait avoir un pilote parlant anglais, mais pilotant bien. 

Un petit avion à hélices rutilant blanc et bleu sort du hangar et vient à notre rencontre.

Le pilote en jaillit, nous accueille chaleureusement  et nous explique le déroulement des opérations. Nous nous installons à l’arrière, mon Loup et moi, bouclons notre ceinture et mettons nos casques de communication.
C’est tout petit et hyper confortable, on se croirait dans une voiture. L’avion taxi jusqu’à la piste d’envol, demande l’autorisation de décollage, fais vrombir le moteur et départ !

Nous décollons en direction du sud, on voit l’hélice passer devant nous.
Nous sommes étonnés de la stabilité et du peu de bruit. Nous survolons d’abord la vallée et ses huit rivières,

 

son port, puis nous obliquons vers l’ouest et montons en direction de la chaîne des montagnes. Panorama à couper le souffle, de nombreux lacs, des parois abruptes et finalement des  glaciers avec séracs impressionnants.

 

Pas vu d’animaux.
Le pilote, Eric Lightfool, super sympa 🙂 , nous a commenté le paysage durant tout le vol, s’interrompant parfois pour se mettre en rapport avec la tour de contrôle. Il nous a fait traverser un petit nuage pour rigoler et nous secouer un peu. De temps en temps je pousse des petits cris de souris effrayée car au passage des crêtes et des cols les bourrasques font vaciller l’avion. 

Virage vers l’est et survole des zones résidentielles, toujours de nombreux lacs. Passage sportif au-dessus d’une colline et nous entamons la descente. Le pilote évite les lignes à haute tension, pique du nez et nous pose délicatement. 

Séance de photos, Jujunette n’est pas oubliée et trône sur le capot de l’avion.

Nous remercions chaleureusement l’équipe pour ce très beau vol.

 

Et comme c’est notre dernier jour avec Flèche d’Argent, nous reprenons la route de Vancouver. Le Loup est épaté par la prestation de son copilote. Nous arrivons directement au camping prévu, sans détours, ni engueulades. 

Faisons d’abord mon sac…..qui étonnamment a aussi pris un peu d’embonpoint ! Celui du Loup n’a pas grossi autant. 

Pour nous reposer de cet exercice périlleux, nous mangeons nos dernières carottes accompagnées du fameux fromage bleu danois épais…. 

Ce soir nous nous régalerons de Kellogg’s et demain à l’aéroport nous mangerons un vrai repas. Espérons-le.   

Voilà, c’est la fin de notre voyage. L’équipage « Loup, Chaton et Jujunette » vous remercie de l’avoir partagé et prend maintenant congé de vous en espérant vous retrouver lors de son prochain voyage….Pourquoi pas : Vancouver – Anchorage – Whitehorse ? Etes-vous partants ? 

Whistler – 1er août 2012

Bonne fête aux Suisses !

Nous avons dormi tard, jusqu’à 9h30. Un record. Le Loup est ravi. C’est ça de moins à Whistler.
Il mange des Kellogg’s, moi je m’en tiens à 2 verres d’eau gazeuse. Sans café nous avons tout de même quelques difficultés à avoir les yeux en face des trous.
Sommes accueillis par un énorme inukshuk.
Trouvons le Visitor Centre, le Loup commence déjà à montrer les dents. Ca promet !
Des parkings gratuits d’un jour sont situés en bordure du village. Très cool.
Whistler :
Un café et cappuccino sont pris dans un self qui ne plaira pas du tout à mon Loup et ne s’en cachera pas du tout.
Un arrêt chez North Face n’arrange pas les choses. Si on nous a toujours compris partout, surtout le Loup qui parle très bien l’anglais. Là y a plus de réseau ! La fille nous fait répéter plusieurs fois. Enervée, je finis par lui dire qu’elle peut me répondre en français. Mais elle ne le sait pas, alors que les Canadiens sont tenus de parler leurs deux langues nationales. Bien lancée je l’informe que même à Chamonix on parle toutes les langues, des vendeurs de tous pays sont engagés pour cela (japonais, russes) ! Nous finissons par tomber sur une fille qui parle un peu notre langue et la bonne humeur  revient.
Le Loup a été très courageux, il a supporté toutes mes allées et venues dans les boutiques, nettement plus longues chez Gap et Roots….
Avons mangé chaud d’un fish & chips pour changer, parce que ce soir nous allons forcément pique-niquer froid !
Whistler est un gros village de haute montagne à 668 mètres d’altitude (c’est une bonne question-colle à poser dans les Visitor Centres ! On voit leurs yeux devenir soucieux et ils se précipitent sur leur manuel). D’habitude on leur demande plutôt où on prend le télécabine « peak to peak ».
C’est vrai ils ont un truc marrant : un télécabine qui va d’un sommet à l’autre. Le temps est couvert et c’est cher, nous n’irons pas.
Le village est bien conçu, c’est un peu le Courchevel français, mais il n’est pas défiguré par des immeubles. Les restes de village olympique sont plutôt jolis. Les aménagements extérieurs sont beaux, les routes larges et bien fleuries.

Bref, moi j’ai aimé et suis contente d’avoir vu une station de ski canadienne. J’aimerai bien skier là-bas une fois, pour le fun. C’est le plus grand  domaine du Canada, le plus cher aussi. En revanche, ce qui ne nous plaît pas du tout, c’est qu’ils pratiquent beaucoup le ski héliporté. Alors là, l’écologie…..

Ce soir nous sommes dans un joli campground avec services en dessous de Squamish, où les déchets doivent être soigneusement mis dans les poubelles ad hoc et bien refermées, car un ours a pris l’habitude de venir faire son marché.
Pour le souper : fromage bleu danois épais, avec du pain, salade de maïs et pour le dessert : Corn Flakes. Enjoy your meal !
Une douche et à demain, bisoux.

Pemberton – mardi 31 juillet 2012

En quittant le « Clinton Pines » nous félicitons encore les patrons du camp pour cet endroit qui vaut un séjour, on y est bien, tranquille, les douches sont rigoureusement propres, les WC aussi, excellente connexion wifi. Et là je rencontre mon deuxième copain-chat : Blaser, un roux et blanc, a-do-ra-ble. Lui fais plein de gratouilles, photos et départ.

 

Nous sommes dans une région montagneuse, mais bien différente des Rocheuses,  les montagnes sont plus douces.
Arrêt pour une visite d’un ranch historique : Hat Creek Ranch. Bien, sans plus.

Une cousine de Jujunette :

En revanche le paysage qui l’entoure est sauvage, aride, avec de la terre ocre (une richesse de l’endroit). C’est drôle les paysages sont très diversifiés, contrairement à la nourriture, qui elle, reste immuable.
Comme le pays, tout est grand ici, même les bulles dans l’eau gazeuse. Ils ne connaissent pas la « minibulle ». Quand on ouvre la bouteille, elle explose littéralement. Nous avons perdu ainsi quelques bouchons.
Avons fait notre pause de midi au bord d’une belle rivière, il paraît que des chèvres des montagnes gambadent dans les parois abruptes. N’en verrons aucune, pas plus que nous ne verrons des serpents et des alligators lézards annoncés. Je peux vous dire qu’après avoir lu le panneau, je ne passais plus sur aucune pierre et ne m’approchais plus du bord de la rivière.
La route devient étroite, sinueuse et très escarpée. Le Loup était très admiratif de la témérité des attelages d’antan qui parcouraient une telle piste et pouvaient être tirés par 10 chevaux. Voulant filmer un train dans les méandres de la paroi, Le Loup pile le camion à peu près n’importe où et s’élance. Je ferme tout, prends les chapeaux (il fait une chaleur abomifreuse) et vais le rejoindre. Je me stoppe tout à coup sur l’aire de parking, un type et une dame font voler leur faucon avec gant et tout le « toutim ». Le faucon est équipé d’un grelot à ours et vole de l’un à l’autre. Il se fait récompenser d’un petit souffle sur la tête. Je n’avais jamais vu cela, c’est magnifique.
La route devient de plus en plus raide, nous peinons à la montée et utilisons le frein moteur à la descente (pentes de 10% à 15%).
Les paysages sont de plus en plus superbes et sauvages.
Tout soudain, un petit ours noir file sur le côté. Nous sommes maintenant dans la vallée entourés de très hautes montagnes.
Le Loup ayant réussi à éviter Whistler pour  ce soir, est tout content de demander au Visitor Centre notre altitude et la hauteur des montagnes. Hé là, stupéfaction, nous sommes à 206 mètres d’altitude et le Mont Curie culmine à 2500 m ! Drôle d’impression que de se sentir en haute montagne à 200 mètres d’altitude.
Il y a toujours un moment durant nos vacances au Canada où le Loup fait des remarques (totalement injustifiées) à Chaton sur sa conduite. Et tout aussi sûrement, il arrive toujours le moment où Chaton énervé lui balance : « t’as qu’à le conduire toi-même ton camion ! ». Eh ben, c’est arrivé !
Comme ce trajet a été long et difficile nous décidons de camper à Pemberton, dans un parc provincial : Nairn Falls Park, le dernier de notre voyage. Les ours noirs et grizzlis sont annoncés et nous devons être très prudents. Voulant aller voir les chutes d’eau voisines, nous jetons un œil sur un panneau explicatif. Bien nous en a pris. La promenade a avorté tout de suite.  Ce panneau expliquait la présence de boas constrictors (de 45 cm, mais constrictor quand même !), qu’il ne fallait pas les prendre dans nos bras (comme si on en avait envie !) car il se passait des choses étranges….
Donc retour camion au pas de course, en regardant partout ! Le Loup a ainsi découvert un alligator lézard écrabouillé….Beurk !
Nous avons fait un grand feu de joie pour nous réconforter et éloigner les bêtes sauvages.
Puis spaghettis sauce tomates basilic.
Puis plus de spaghettis tomate-basilic, le gaz ayant rendu l’âme au moment où on a bien sali toutes les casseroles…
Moment de désarroi et état des lieux. Nous n’avons plus de gaz, donc plus d’eau chaude, plus de douches non plus et plus de frigo. Les deux derniers jours s’annoncent spartiates….
Nous engloutissons ce qui se trouve dans le frigo, faut pas gâcher. Et nous retrouvons tous les deux sur nos banquettes un peu écœurés. Vous avez déjà mangé souvent, vous, de la salade de chou, avec du fromage bleu danois épais, une tranche de pain (on a toujours oublié d’en racheter) et des Kellogg’s à la banane se noyant dans du lait ! Beurk !
Et pas de café pour pousser tout cela.
Merci FRASERWAY !!! Ils nous avaient certifié que les deux bonbonnes de gaz étaient pleines. Je m’explique mal comment la première a duré plus de trois semaines et la deuxième quatre jours. De plus je m’extasiais tous les jours d’arriver à être aussi économe sur l’eau chaude et sur tout..
Demain nous allons donc partir vite, après avoir boullotté nos Kellogg’s, de manière à trouver de la place dans un camping avec services et boire un café.
Un Alka Seltzer et bonne nuit !

Veille du départ

Nous sommes à la veille du départ. Les sacs sont faits, nous avons finalement tous nos billets, le voucher définitif pour le motorhome étant enfin arrivé.
Nous sommes heureux de partir, nous en avons besoin et envie.
La joie du départ est atténuée par l’état de santé de Chanel. Une analyse de sang a été faite mercredi dernier et les résultats ne sont pas géniaux, comme le dit avec tact la vétérinaire. Notre belle est maintenant âgée de plus de 17 ans,  a des problèmes rénaux qui s’accentuent de plus en plus. Elle mange peu, boit peu et par cette chaleur se déshydrate. Une perfusion lui a été faite mercredi. Comme elle mange peu, il ne faut lui donner que ce qui lui fait envie. Les blancs de poulets cuisinés par le Loup n’ont plus trouvé grâce aux yeux de notre « gourmette ». Nous les avons donc mangé nous, hier soir au souper….
Durant notre absence, notre voisine et amie Sandra habitera chez nous avec Chanel, nous avons beaucoup de chance.
Nous finissons de tout ranger, prenons l’avion demain à 15h40 et vous retrouverons à Vancouver.