Homer

La route fut longue. Nous arrivons dans ce bras de mer où nous cherchons notre camping. Cette fois un avec tous les services et possibilité de faire des lessives (nous avons oublié de laver des trucs). Nous sommes face à l’océan pour la dispendieuse somme de $80.- C’est la première fois de notre vie que nous payons aussi cher !Homer RV-002Fonçons prendre une douche avant qu’il y ait du monde, puis corvée de lessive.

J’entends parler français. Je dresse l’oreille. L’accent est québécois, je suis ravie. Nous piquons une petite jasette. Partis de Québec à 3 depuis le mois de mai, Ginette, Simon et Mollo. Mollo ? Leur chat, un magnifique himalayen de 15 ans. Il ne se laisse pas tellement caresser et je le regrette….Mollo-006Il a une bonne tête, hein ?2013_08_180680Évidemment je veux le voir. Je suis en manque de chat. Ils nous invite dans leur VR et nous passons une chaleureuse soirée.

Ginette est comme nous, un peu déçue par l’Alaska qui n’est pas aussi sauvage que ce à quoi elle s’attendait. Si on veut vraiment du sauvage il faut aller au Canada.

Le lendemain, ils nous disent au revoir et nous souhaite une bon voyage.

Nous allons jusqu’au bout du bout du spit. Il fait plutôt beau. Bon le bout du bout, ce n’est que des boutiques à touristes, globalement peu d’intérêt.Homer spit-021Homer spit-008 Homer spit-017Homer spit-016Homer spit-014Juste eu un truc sympa, bu un jus de cranberries dans un petit saloon tout sombre, tapissé de billets de $1.- avec de la bonne musique.

Homer spit-024 Homer spit-027Homer spit-030Bizarre : il a plu sur 150 mètres !

A Kasilof on s’arrête de nouveau pour LE chili!

Je viens de m’apercevoir que j’ai oublié ma veste de pluie à Homer ! Je suis maudite avec ces Mountain Hard Wear, c’est la deuxième que j’oublie dans un camping !

Méfiez vous des couleurs aux États-Unis, n’associez pas forcément le vert à ce qui est permis et le rouge aux interdictions. Aux stations de pesées de camion, quand elles sont ouvertes le « closed » est affiché dans une magnifique couleur verte, alors que le « open » est orgueilleusement rouge.

La sceanic road qui mène à AnchorageEagle RiverEagle River-008Eagle River-011 ses travauxEagle River-002

Eagle River-007Eagle River-006Il commence à être tard. Nous cherchons où passer la nuit. Il pleut, comme toujours vers Anchorage. Nous nous faisons piquer la dernière place dans un camping, ratons le suivant, vu trop tard….

ll y a un monde de fou, je guide le Loup pour la traversée d’Anchorage et jusqu’à un campground repéré sur la carte. Sommes sur 3 files. Il pleut des cordes. Les Américains sont très placides au volant et conduisent très respectueusement, heureusement. C’est nous qui mettons le bordel, notre sortie a été hyper sportive ! Soudain sans aucun avertissement la route se rétrécit sur 2 files. Je dis au Loup : « Va à gauche » ! et je vois que notre sortie est là. « Va à droite » ! Nous sommes entre deux, sur le terre-plein chaotique qui sépare les voies. Le Loup n’hésite pas et d’une main sûre nous sort de l’autoroute. Le RV en fera un bruit de klaxon, qu’il fait quand on met la clé de contact, de contentement….

Trouverons un superbe camp d’état à Eagle-RiverEagle River-013

Eagle River-015et le fêterons par un apéro vin blanc et Pringles.

No comment !