Retour en montagne

Champex (mai 2014)

Ca faisait des mois que j’attendais cela : deux weekends d’initiation à l’alpinisme avec le club alpin. Mon Loup caméra à la main et moi l’appareil de photo.

Pour s’épargner un lever aux aurores, nous avons réservé une chambre à Champex dans un hôtel, « Au Club Alpin ».P1090159Il fait beau, je suis ravie de cette escapade, je hume les senteurs d’été.

Le premier weekend, nous serons dans la région de Champex : aussi nommé « le petit Canada suisse » avec son lac alpin entouré de forêts et de chalets. Nous y sommes ! L’accueil à l’hôtel est assez frais. La patronne est en train de mettre au pas ses saisonniers. Et que ça saute !!!

Notre chambre est petite, mais agréable, avec douche et WC (comme nous sommes arrivés les premiers, c’est nous qui l’obtenons).P1090135On pose les sacs et on se précipite sur la terrasse joliment aménagée au bord du lac pour un apéro, dans des chaises longuesP1090144avec des canes et des canards qui nous offrent un magnifique spectacle. C’est enchanteur et charmant ! On est rien mal, comme on dit à Morzine ! Le soleil se cache un peu.P1090164L’heure du repas a sonné. Le serveur est adorable, un Français, il se met en quatre pour nous. Il a bien du mérite, sa boss n’est pas de tout repos. Enfin c’est le début de saison. Nous ferons ensuite le tour du lac comme balade avant de s’endormir. Le repas fut certes bon, mais pas très copieux. Nous pensions qu’avec une croûte au fromage, jambon et œufs on serait lestés, ben non… Des petits couacs quand même dans cet hôtel : éviter de rechercher un objet tombé malencontreusement sous le lit, des troupeaux de moutons de poussière étaient confortablement installés et masquaient l’objet !

Super petit déjeuner, qui lui tient au corps ! Ensuite, c’est un miracle, nous sommes les premiers au lieu de rendez-vous. Vous me direz : c’est normal, vous êtes sur place ! Je vous répondrai que ça ne veut rien dire….. Ca nous est arrivés d’être en retard même en étant sur place…

Les copains ont débarqués, tout à fait dans les temps et sont en train de s’équiper. P1090169Tout le monde file dans les bois pour faire pipi. Chaque fois qu’il y en a un qui s’en va, on se dit : c’est bon, on va pouvoir lui mettre la corde dans le sac ! L’humeur étant plus gaie que le temps.

Nous sommes très nombreux pour prendre le télésiège de la Breya. Il y a une autre section valaisanne qui monte également.

Le Loup et moi sommes chanceux dans la montée, je vois un lagopède. Il a déjà sa parure d’été à plumes brunes Il était tout seul, il marchait.

Le temps change. Nous sommes maintenant dans une purée de pois, je vois à peine celui qui me précède. On s’entend, et c’est comme ça qu’on sait qu’on est toujours sur le bon chemin.P1090177Pour le moment tout va bien. Je marche avec plaisir, le souffle un peu court, je viens d’avoir une bronchite, mais j’ai du plaisir à être là. Le sentier est plein de fleurs.

On est maintenant sur la moraine. J’en ai ch..  comme pas permis !!!! Je n’ai pas de souffle et pas de jambes, Le Loup a dû m’amener tout doucement, c’est la honte ! On m’a même proposé de me prendre mon sac !! Denis et Yves, deux chefs de course et amis, sont hyper patients et indulgents avec moi.

On se retrouve tous pour le début du cours, les groupes sont formés, nous sommes avec Yves qui adore expliquer la montagne. J’apprends des truc ou me les remémore. Ils sont courageux dans notre groupe. Ils sont toute ouïe et mettent en pratique.P1090193

P1090218Le Loup gambade partout avec sa caméra. Il est jamais fatigué, lui !!! Moi j’essaie de suivre avec mon appareil photo…

Le temps change encore, maintenant l’orage est sur nous et il grêle. On continue à monter vers la cabane, tout le monde est encordé,P1090224sauf le Loup et moi. Mais voilà, se présente un petit passage avec un à-pic de 200 mètres et je tremble. Je m’encorde au Loup et Yves, toujours adorable, ne se moque pas de moi et m’aide à passer. Je suis contente et fière de l’avoir fait, il faut que je me réhabitue au vide.

On arrive enfin à cette foutue cabane d’Orny, 2831 mètres. On a des super dortoirs, c’est neuf, c’est refait, il y a des édredons, les toilettes à l’intérieur, ça roule….P1090247

L’accueil de Raymond est chaleureux. On se mange une soupe, puis de nouveau : exercice de rappel, etc.. Moi je regarde le méli-mélo du sas de la cabane, mais dont les cordes et piolets sont bien rangéesP1090261

P1090263Nous sommes une excellente équipe, tout le monde est sympa, on rigole à fond, heureux d’être là et d’apprendre plein de trucs. Ca me fait du bien de me retrouver dans la nature, dans la montagne, avec de bons copains, ça me recharge.

Je suis très perplexe avec mon sac à dos. D’abord il n’est pas pratique, j’ai été mal conseillée à Chamonix lors de l’achat, et ce sac me déséquilibre. Un truc sympa il a des coutures étanches, ça c’est bien, mais en revanche tout le reste du sac prend l’eau. Il n’y a que les coutures d’étanches:-)

Le repas a été gai, Yves est un insatiable mangeur ! Nous avons beaucoup ri. Puis dodo. Il neige ! En été ! Beaucoup de vent !

J’ai très bien dormi. Me suis réveillée une fois à 4h00 par une équipe qui partait, puis petit déj à 6h30. Il y a un truc très cool en montagne, c’est qu’on fait de la rétention d’eau, au réveil on a plus une seule ride. Après pour que ça dure, il ne faut plus faire pipi 🙂

Il y a une fille d’un autre groupe qui est là, elle n’était pas dans le bon dortoir et a raté son départ. Son équipe la reprendra au retour !

La caméra du Loup est en panne et nous oblige à rentrer à St-Luc. Nous quittons à regret notre très bonne équipe, les paysages sont de toute beauté !P1090271

Sourire

P1090111

Et après les travaux ?  :mrgreen:

La Colline de Daval

Du 29 mai au 1er juin les caves étaient ouvertes à Sierre.Nous avons choisi d’aller voir nos amis Monique et Bertrand Caloz-Evequoz dans leur domaine : La Colline de Daval, http://www.collinededaval.ch/ , pour découvrir leur lieu de travail et déguster leurs nectars…

P1090101

L’endroit est magnifique, au milieu des vignes évidemment, l’accueil chaleureux. Nous ne nous sommes pas revus depuis la course de Sierre-Zinal. Avant que nous ne puissions plus mettre un pied devant l’autre, Monique nous propose de visiter le Castel, un ancien château d’eau restauré en chambres d’hôte.

P1090086

Nous grimpons sur la Colline, le raisin est en fleurs et ça sent diablement bon !

P1090085

Très bel endroit, avec son coin calme pour lire et se détendre après une journée de marche dans les montagnes,

P1090091

les chambres meublées avec goût portent le nom d’un vin du domaine (je sais dans laquelle je ferai bien un petit séjour : La Malvoisie).

En plus de faire du vin, chambre d’hôte, nos compagnons font encore la culture des asperges et des fruits : pommes, poires et abricots. Ils sont infatigables !!!

Vaut absolument le détour ! Vous reconnaîtrez peut-être Monique qui a participé brillamment au « Dîner à la Ferme »

 

Swatch pour danseuse des Folies Bergères ?

En faisant de l’ordre chez mes parents j’ai retrouvé ce truc que j’avais lâchement abandonné dans un coin. Je me demande bien ce qui m’est passé par la tête le jour où j’ai acheté ça !?! Vous devinez ce que c’est ? Une montre Swatch datant de 1997 !!! D’une élégance rare !

P1090109

Et tellement pratique pour lire l’heure 🙂

P1090110

Photo de truc

phototruc

Je me suis remise à participer à la photo de truc, vous savez ce jeu instauré par ma copine canadienne Dr CaSo, avec des règles hilarantes comme tout.

Le thème de ce mois est : “photographiez-moi un truc qui a de belle(s) courbe(s).”

Bouquetins

Des bouquetins rencontrés en montant à la cabane du Grand-Mountet.

Téléphérique Grimentz

Le 26 janvier 2014 a vu naître une nouvelle liaison entre Grimentz et Zinal. Un téléphérique de 3 km de long relie maintenant ces deux stations. En plus, comme diraient mes amis canadiens qui aiment bien être les : «  plus grand, plus haut, etc.. c’est le troisième plus grand téléphérique de Suisse !

P1080863

Le transport des câbles n’a pas été une mince affaire. Ainsi au mois de juillet nous avons vu la route d’Anniviers fermée 3 mardis de suite pour acheminer les câbles par section de 4 km, d’un poids de 100 tonnes et de charge totale de 170 tonnes sur des camions de 17 essieux. Le convoi mesurait 39 mètres je vous laisse voir le passage des virages en épingles à cheveux qui mènent à Niouc  :

http://www.youtube.com/watch?v=8ctv-MFL1a0&list=PLe4KwiVoyOhIR69lMT3pbvSDkL26LGblz&index=2, 

Puis le passage très aérien et extrêmement étroit avant le tunnel des Pontis, ainsi que le passage du pont avec débobinage et rembobinage du câble :

http://www.youtube.com/watch?v=KY9mgVK0FZQ&list=PLe4KwiVoyOhIR69lMT3pbvSDkL26LGblz

Le pont n’étant pas assez solide pour supporter une charge pareille, il a fallu débobiner le câble sur le camion qui le suivait, faire passer le premier camion, puis rembobiner. Un travail de titan, bel exploit !

P1080853N’étant que très peu à St-Luc cet hiver, je l’ai inauguré à Pâques. Départ de 1600 mètres pour arriver à Sorebois à 2700 mètres. Superbe ouvrage ! La vue est à couper le souffle, Je me suis sentie revigorée de marcher là-haut…

P1080867

 

90 ans

Je reviens peu à peu à la vie normale, tout doucement.

Maman, le plus beau mot de la langue française, je ne l’emploierai désormais qu’à l’imparfait.

Un mois et sept jours que Maman est partie…. Voilà des mois que ma vie s’était calquée sur la sienne : pour l’accompagner, la suivre à son rythme et  profiter de nous parler encore. J’ai perdu mon puits d’amour, mon refuge, tout, mais immensément riche de ce qu’elle m’a patiemment appris, donné.

Aujourd’hui elle aurait eu 90 ans….. Mon cœur est lourd de chagrin….

Jour d’anniversaire

Elle ne sait plus les dates, en clinique les jours sont tous identiques. Depuis un mois et demi que Maman se trouve là-bas, ses semaines sont ponctuées par les visites de mon frère toutes les fins de semaine et les miennes les autres jours.

Elle n’a plus su qu’elle m’avait mise au monde 55 ans plus tôt. Pourtant chaque année pour mon anniversaire mes parents me téléphonaient toujours aux aurores pour être sûrs d’être les premiers.

Et cette année, Maman se détachant peu à peu de notre monde, l’a oublié. J’ai eu mal, tout en sachant qu’elle n’y pouvait rien. Comme elle me le dit joliment, car elle a toute sa tête : je m’évapore….. Et elle était malheureuse de ne l’avoir plus su…

Ski de fond

Heu…..ça c’est ce que je voulais vous écrire avant le 31 décembre…..parce que depuis je ne fais plus rien ! En tombant c’est mes côtes qui ont morflé….et j’ai bien de la peine à respirer… Ça passera !

Comme il a bien neigé et qu’il fait beau, les pistes vont être envahies de monde. Nous abandonnons momentanément l’idée de faire du ski de piste, détestant souverainement faire de longue files d’attente au funiculaire, puis à chacun des téléskis… De plus le Loup a horreur, mais vraiment horreur, de voir tout le monde resquiller sans vergogne en lui massacrant les skis ! Moi quand on passe sur un des miens, je lève la jambe et l’impudent surpris se retrouve souvent par terre, hihi !!

Zinal, une station voisine dans le Val d’Anniviers nous accueille donc. La route a été magique, il y a plein de neige partout ! Ce qui a été moins magique c’est le nombre de voitures et le peu de place dans les parkings…

Je suis ravie, j’ai chaussé mes skis sans encombre, le Loup est moins chanceux avec ses gants, il a pris deux mains gauches:) Suis hilare !

La piste est très bien aménagée, à l’écart des piétons, ça n’empêche pas un tout petit beagle de 3 mois, Léo, de me courir après et de mordiller mes pointes de ski en grondant très fort. Trop mignon !

ski de fond-010

Puis je suis surprise tout se passe bien. C’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. Bon, faut dire que c’est pratiquement à plat, sauf la piste cotée difficile. Nous longeons la Navisence et arrivons en bout de vallée

ski de fond-006

et le pont qui avait été détruit par des pluies diluviennes a été réaménagé. Nous nous extasions sur les chapeaux mexicains qui « flottent » dans l’eau du torrent.

P1080598

Je croiserais un autre chien qui m’émeut. Une chienne en fait. Elle porte des lunettes de soleil. Elle a eu un ulcère aux yeux, a dû être opérée de la cornée, n’a plus qu’une vision de 50 % et ne peut absolument pas supporter le soleil.

Nous avions laissé Chloro à côté d’une auberge : l’Alpina, http://www.auberge-alpina.ch/. Mais comment elle a pu nous échapper ! Une merveille ! L’accueil est chaleureux. On nous installe sur une belle table de bistrot ancienne. La patronne passe peu après nous dire un mot gentil. Ils ont un boulot de fou, c’est plein, et pourtant tout est calme, l’ambiance est sereine. Nous recevons très vite nos salades montagnardes: un délice ! Un endroit que je recommande, on s’y fait du bien.

P1080577

Vue sur la couronne impériale

ski de fond-013_1
 

Jour de l’an

Chères amies et chers amis, je vous souhaite une heureuse année 2014  remplie de joie, de sérénité, de beaux moments, de fous rires !

Je n’ai pas très bien commencé l’année. Je ne l’ai pas très bien finie non plus. Ma mère a été hospitalisée pour de très violentes douleurs 10 jours avant Noël. Elle souffrait énormément et nous ne savions pas si elle pourrait être parmi nous le 24. Nous avons eu le bonheur de pouvoir être tous ensemble et de partager un repas simple et très chaleureux. Je n’ai pas été d’une grande aide pour la préparation de cette fête car je travaillais, mais mon frère et mes belle-sœurs ont été exceptionnels.

Le 31 ne représente pas grand-chose pour nous. Toute cette agitation n’est pas notre truc. Nous avions opté pour un repas simple, froid, mais tout de même au champagne !

Nous avons eu une invitée de marque : Chatouille, la chatte des voisins. Elle vient régulièrement nous donner le bonjour. Ben là, elle voulait plus partir alléchée par l’odeur des œufs de saumon !Évidemment elle a voulu goûter et évidemment elle a eu sa petite assiette… Ensuite, installée devant le feu avec nous elle n’émettait pas le moindre désir de s’en aller. Puis les pétards ont éclaté à minuit, et là elle filé se planquer sous notre lit, terrorisée. Nous avions envie d’aller nous coucher, mais on ne pouvait pas la mettre dehors dans ce vacarme, alors on a regardé des niaiseries à la TV et le calme revenu, Chatouille a bien voulu repartir dans la nuit….

Le 1er je téléphone à ma mère et notre conversation me serre le cœur. Elle a à peine touché à son repas, elle était tellement déçue de la soirée préparée par la Clinique. J’ai le cœur en vrac.