Dawson City

Bon, pour le voyant tant qu’il ne clignote pas, il n’y a pas de problème ! Fraserway dixit !

L’endroit de l’incendie de 1958 est tout de même moins impressionnant qu’en 2003. La végétation a repris ses droits, les épilobes donnent de la couleur. Du coup toutes ces allumettes calcinées.sont moins visibles. Cette route qui était auparavant quasi déserte a vu fleurir une quantité importante de véhicules.

Nous avons merveilleusement dormi. Petit déjeuner et douche dans le RV.

Le Loup roulera jusqu’au Five Finger Rapides, puis ce sera mon tour. Je le prends en main facilement.Five Fingers-006Mangeons une salade à Stewart Crossing. Le campground où nous avions été est maintenant désaffecté, il ne reste qu’une pompe à essence express.

Nous sommes arrivés tard. Beaucoup de travaux sur la route. Il faut attendre la pilote car et la suivre. Environ 350 kms de parcourus.

J’ai encore fait des miennes : je n’ai pas bien fermé les placards à vaisselle. Résultat : une verre en 1000 morceaux. Mortecouille, il y en a partout. Ne pas marcher pieds nus ces prochains jours 🙁 Je crois que j’ai bientôt fait tomber tout ce qui était « tombable » dan ce camper !!!

L’arrivée à Dawson P1120286est impressionnante : des quantités de terrils,P1120288d’autant plus moches après les merveilleux paysages vu le long de la Klondike River….. La recherche de l’or continue et elle est encore fructueuse pour certains.P1120392Visitor Centre pour un campground, il me semble qu’il y en a un dans la ville, Les places sont chères, pas le temps de faire pipi, il faut être les premiers !

Le soleil se cache, le vent se lève, le ciel devient noir, il fait froid. Nous sommes le plus au nord de notre voyage.

Nous retrouvons nos marques : le Keno, bateau à aube,P1120289

P1120298le General Store, plus tellement dans son jus,P1120290les boutiques du bord de la Yukon River.

Nous avons envie de bien manger et le Jack London Grill nous accueille, en français. Pas mal de Québécoises sont venues dans le nord, en ayant assez de la grande ville qu’est Montréal (les cinglées). Des ribs autant volumineux que délicieux nous rassasieront, avec une petite bière ambrée de la région. Nous sommes très sages : pas d’apéro, mais surtout pas de chips ou de Pringles au sel et vinaigre 🙂

En sortant le soleil est revenu. Nous nous baguenauderons un peu, puis dodo illico pour le Loup. Moi je regarderai où en est le soleil à 23h00. Toujours haut ! Soleil de minuit oblige.

22 juillet Dawson City – Chicken

Le matin un froid nous cueille. Nous avons dormi fenêtre ouverte !

Nous partons maintenant à la découverte de Dawson, ville au nord ouest du Canada. Ce sera la ville la plus au nord que nous verrons. Les journées durent largement 18 heuresP1120357P1120362 P1120389Cabin de Jack London, l’écrivain qui a bercé mes jeunes années et qui a laissé des traces en moi : l’amour du grand nord….P1120313 P1120349 P1120352et Robert Service (barde)P1120320 P1120321 P1120327 P1120322P1120342P1120325P1120333Les maisons construites sur le permafrost et qui au fil du temps deviennent de traviole….P1120366P1120365P1120379L’Alchemist café tenu par Florian, un ingénieur alsacien venu ici il y a 15 ans et qui a construit son café en 4 ans, de ses mains.P1120376P1120370P1120372Belle rencontre avec Marie-Eve, montréalaise,P1120388

qui nous a expliqué pourquoi elle était partie : les salaires à Dawson sont le double de ceux de Montréal. Pour une vie plus proche de la nature, moins axée sur biens matériels, un retour au source. On vient là parce que l’hiver est certes très froid, mais il n’y a pas de vent, ni d’humidité. Elle sort presque en bobettes pour vidanger le chien.

A Montréal on travaille pour vivre, tandis qu’à Dawson on travaille aussi pour s’offrir du bon temps.

Elle nous a aussi raconté la deuxième ruée vers l’or de 2008. Encore plus importante que celle de 1896. C’est un champignonneur qui a fait le lien entre certains champignons qu’il trouvait, poussaient sur des terrains quartzique, ce dernier étant souvent associé à l’or. De nos jours la ville tire encore plusieurs dizaines de millions de revenus de l’exploitation de l’or.

12:00 quittons Dawson City et prenons le traversier qui nous mènera de l’autre côté de la Yukon River et au début de la route Top of the world. Je suis complètement nostalgique de quitter cette ville. Je crois que je pourrais y faire une année sabbatique plus facilement qu’à Whitehorse.

Genève-Whitehorse

Genève – Whitehorse 18 juillet 2015

Départ de GE à normalement 13:00, mais qui aura un peu de retard. Compagnie Air Dolomiti, très bien avec bon sandwich et bière servis à bord. L’était costaud la bière, m’a mise un peu pompette ! Pour moi qui ne raffole pas de l’avion, c’est exactement ce qu’il me faut  🙂

Munich départ à 15:30 (qui sera retardé lui aussi).

Le survol du Groenland est de toute beauté. On voit bien l’eau bleutée des lacs, les crevasses des glaciers. Plus loin nous survolerons la banquise. Le vol se passe à merveille, je n’aurai même pas peur.

P1120186

P1120190Départ de Vancouver à 18:55 et qui sera pratiquement dans les temps. La raison donnée au retard : les deux WC sont bouchés. Effectivement cela ne sent pas bon. Nous décollons, survolons la chaîne pacifique

P1120210

et après une heure de vol, à la hauteur de Prince Rupert, le commandant nous annonce que nous faisons demi-tour car il a un problème de pare-brise. Tout le monde rit,,,,,sauf moi ! Là je balise. Je suis déjà un peu chochotte en avion quand tout va bien, alors là……. Effectivement en descendant je jette un œil au poste de pilotage et tout le pare-brise gauche est éclaté.

Moralité, quand un avion sent les toilettes, on est bientôt dans la merde !

On était tout contents d’arriver tôt à Whitehorse, et bien c’est encore raté…

Re-Vancouver, changeons d’avion et serons à 00.10 à Whitehorse. Il doit être écrit quelque part que nous n’y arriverons qu’avec un retard important…. Nos téléphones ne fonctionnent pas, pas de connexion. L’humeur n’était pas des meilleures et puis nous n’avions pas tellement mangé de la journée. Nos vols ont duré 17h00….

Hôtel Westmark, parfait. Le Loup s’endort illico, le veinard. Moi je n’y parviens pas et lirais jusqu’à 3 heures du matin. Nous nous endormons sur un molleton extrêmement moelleux et chaud et avons juste un couvre-lit très léger pour couette. Ils ont oublié de mettre les draps ????  Nous nous rendrons compte au réveil que le truc moelleux était la couverture et que les draps étaient là.

Je me suis aussi bien enquiquinée avec l’éclairage des lampes. Quand je suis fatiguée tout va de travers ! Il ne se passe rien quand je touche au bitoniau. Le Loup arrive, et la lumière fut ! Il faut le tourner toujours dans le même sens.

19 juillet

Petit déjeuner très copieux pour le Loup ! Retrouvons la ville avec un immense plaisir. Longeons la Yukon River jusqu’au Visitor Centre.P1120219

Le trolley qui longe la Yukon River

P1120212

Marcherons comme des fous. On nous signale une hutte à castor très grande, mais trop loin, nous sommes fourbus. Il y a peu de monde, peu de voiture, il faut que je me réhabitue. Nous ferons quelques courses dans les centres commerciaux ouverts le dimanche. Cherchons à acheter une carte sim pour notre téléphone. Sans succès. Ensuite en sortant l’ordinateur, je m’apercevrais que je n’ai pas d’adaptateur pour une prise à 3 (j’ai changé d’ordinateur il y a peu de temps). Nous partons en quête de l’adaptateur sous un orage qui tourne en grêle, Nous serons trempés. Nous sommes fatigués+++.

Dinerons d’un cod and ships au High Country Inn. Une merveille. Nous aimons toujours autant y retourner (la dernière fois en 2006). L’ambiance est joyeuse, les serveuses sont gaies, un pianiste jouera du jazz, la salle sera chauffée. Moment génial, avec une Lily Klondike à côté de nous ! (Pour toi, Co)

Reviendrons tranquillement en regardant toutes les boutiques de Main Street, ça n’en fait pas tant, rassurez-vous.

P1120236

Retour au Westmark et dodo jusqu’à 5 heures ! Décalage horaire oblige. Nous avons 9 heures de moins que vous.

Lundi 20 juillet (Whitehorse)

Petit déjeuner : gros buffet.

Je raconte au Loup que j’ai pensé à maman et à sa carte du Yukon. Je lui dis qu’elle doit être avec nous de là-haut. Et je ris au souvenir de cette carte qu’elle avait commandé chez Artou pour avoir plus de détails géographiques pour nous suivre en 2006. Elle s’était retrouvée avec une carte qui faisait la moitié du salon, mais où il n’y avait toujours qu’une seule route !!! 🙂 Et tout de suite après avoir dit cela au Loup, je me suis mise à pleurer. A gros bouillons. Un trop-plein d’émotion. Je ne pourrais plus jamais lui raconter quelque chose. Enorme chagrin où mes larmes coulent.

À 9h30 Fraserway vient nous chercher et nous irons faire la connaissance de notre maison. Encore mieux que le mieux qu’on ait eu. Nous sommes très contents.

P1120240

Courses faites au Choix du Président, ensuite Liquor store, Centre ville pour essayer d’avoir un téléphone pour le Canada. Impossible, nous n’insisterons pas.

Il est 14:30 nous partons pour Dawson City. Il fait très beau.

Lac Laberge, Fox Lake. Le premier qui voit un ours a gagné !

Arrêt café à l’endroit de l’incendie de 1958, J’ai fait une grosse bêtise, J’ai mal placé les bières dans le frigo. En rouvrant la porte,  tout est tombé. Une bière s’est ouverte et a explosé partout. Un bronx de folie qui pue ! Jujunette est très fâchée, car il y a une bière de moins, elle a décidé que j’étais privée d’apéro ce soir !

Bien mangé au Gold Panner de Carmacks d’un burger au légumes avec une Yukon bier. Excellent, cadre sympa et l’accueil aussi.

Promenade digestive le long de la Yukon river. Nous tanguons de fatigue.

Première nuit dans le RV.

Un voyant lumineux du moteur est allumé depuis quelques heures….

Bisse des Sarrasins : à notre façon…

C’était le 12 avril. Maman aurait eu 91 ans. J’avais le cœur à l’envers.

J’ai proposé au Loup de retourner à Pinsec, le bisse des Sarrasins ayant été restauré l’été dernier j’avais envie de voir….

Bisse des Sarrasins

Les passerelles et accès ont été consolidés, mais il faut toujours se mettre à 4 pattes pour passer 🙂

P1110687

P1110690

et il y a toujours l’évitement pour ceux qui ont le vertige. Il est d’ailleurs très joli.

P1110682

La vue est toujours aussi belle.

P1110694

P1110712

Les pins à anneaux sont toujours là. Explication :

P1110679

Résultat :

P1110680

On nous incite à faire attention aux chutes de pierres,

P1110700

au port du casque oui !!!!

P1110713

P1110701

P1110711

Bon c’est vrai nous sommes passés à la fin de l’hiver, le bisse n’était pas encore ouvert à tous.

Ils ont pensé tout, même au trou pour laisser passer une racine !

P1110704

Filets de sécurité habités :

P1110706

P1110710

Ne vous fiez pas à mon sourire : je suis morte de trouille ! Pas tellement peur de tomber entre la passerelle et la montagne, mais plutôt que des animaux passent au-dessus et m’envoient des pierres…..

Cela dit, l’espace entre le filet et la passerelle est parfois assez important. Vue sur l’ancien bisse et le nouveau au fond :

P1110720 Le retour se fait tranquillement

P1110718

Un dernier coup d’œil sur le fond de vallée : Le Besso, l’arrête du Blanc de Moming, le Weisshorn :

P1110725

Chatouille en nœud-pap

Dimanche matin, pas de Chatouille quand on ouvre la porte…. Elle a déserté son panier. Nous commençons le petit-déjeuner, toujours pas de Chatouille…. Et tout d’un coup j’entends un drôle de cri. Ma chasseuse arrive ! Toute fière elle dépose dans le jardin un oiseau, puis joue avec et enfin le dévore. Il ne souffrira plus.

P1120129Elle arrive ensuite vers le Loup, l’air de : tu me donnes un peu de beurre, je suis affamée, j’ai rien boulotté depuis hier, si si, j’te jure !

P1120136

– Touille !! C’est quoi cette petite plume dans ton cou ?

– Mon nœud-pap 🙂

Pas pour les mauviettes !

Samedi, veille du solstice d’été, nous décidons de partir en Italie dans le Piémont. Le temps est très couvert à St-Luc, c’est dommage pour l’inalp…

Montée du Simplon sous un ciel qui se dégage de plus en plus. Nous voilà à Iselle, frontière italienne. Il est presque midi et le premier ristretto est repoussé à plus tard.

Nous partons dans le Val Formazza, sauvage et peu fréquenté. Notre destination est : Premia. Petit village où nous avons repéré une auberge affolante. Elle offre des repas défiant toute concurrence. Fait également hôtel, ce que nous n’avons pas encore testé, mais qui pourrait bien se produire.

Il est 12h45, Albergo-Ristorante Minoli à Premia.

P1120099

L’accueil de la patronne n’est pas chaleureux, mais surtout ne pas s’arrêter à cela. Demander une table pour 2 personnes, accepter le litre d’eau gazeuse et s’installer. Ensuite, se laisser faire…..

Viendra une serveuse souriante qui nous dira à toute pompe le menu. Dire oui à tout.

Et là ¨décrocher sa ceinture ! Ce n’est pas pour les mauviettes à petit appétit !

  • 4 entrées de pâtes : raviolis, crêpe, tortellinis aux moules et spaghettis à la tomate. (on vous ressert à volonté, par prudence dites : non)
  • 3 plats principaux : tranche de bœuf en sauce, lapin aux herbes et veau au citron, accompagnés de polenta à 2 façons (dites : oui à tout)
  • Dessert : tiramisu aux myrtilles. Là on se dit qu’on exagère, mais tant pis. Et bien on a tort. C’est d’une légèreté époustouflante, ça aurait été un crime de s’en priver !
  • Le tout accompagné du fameux litre d’eau gazeuse et de 50 cl de vin rouge du pays, café.

L’addition : 39,50 euros ! Laisser un pourboire aux serveuses qui le méritent amplement.

Une auberge fréquentée que par des Italiens. Nous sommes les seuls étrangers. La nourriture est simple, montagnarde, abondante et délicieuse. Nous ferons une petite marche digestive dans le village et étudierons les possibilités de randonnées….. pour une autre fois !

P1120108

Ensuite ? Ben ensuite on part explorer le fond de la vallée. De belles maisons en pierre avec toits de pierre,  le sentier des Walzer, les carrières de granit…..

Fondovalle : Petit village où en hiver la neige peut atteindre des quantités folles et départ de belles courses.

P1120125

Il est déjà tard et nous avons envie de faire aussi un saut dans le Val Devero, encore plus sauvage, avec ses cascades énormes, sa route tellement étroite qu’il est parfois difficile de croiser….

P1120127

Il y avait un tel débit, que je suis rentrée dans la voiture trempée, d’où la qualité de la photo très moyenne….

Encore une gelati et un  dernier café  à l’Albergo Vecchio Scarpone à Baceno avant de rentrer chez nous. Le Loup y va de son plus bel italien et demande : due espressi ! La serveuse répète : due espressi ! Puis elle ne revient plus…. Nous attendons un peu inquiet. Elle arrive enfin avec due Spritz ! Nous en garderons un et aurons nos 2 cafés pour la modique somme de 2 euros 🙂

 P1120128

Saleté de lave-linge

Congé pascal ! Je me lève aux aurores pour faire le ménage afin de pouvoir partir directement après le travail. Aspirateur passé, vaisselle propre, poussière ôtée, salle de bain, WC et cuisine nets ! Il ne me reste plus qu’à mettre le lave-linge en route, je viderai rapidement ce soir en venant chercher mon sac. Ça roule !

La journée passe vite. 16:30 ! Vite je me précipite à la maison et tente d’ouvrir la machine qui heureusement ne s’ouvre pas. Elle est archi pleine d’eau…. Mon linge a gogé (expression typiquement suisse) durant 8 heures. Je me remémore ce que j’ai mis dedans. Ouf rien de délicat ! Je tourne le bouton pour évacuer l’eau : rien…..

Je sens que ça va être chaud pour mon train ! Illico je téléphone au réparateur pour obtenir de l’aide à mon retour mardi. La dame très sympa me donne le rendez-vous, m’informe que c’est sûrement le filtre (je l’ai nettoyé il y a peu) et  que la plaisanterie coûtera au mieux CHF 130.-

Derechef, je me mets à démonter ce f@#@u filtre. Ça bloque. Je tire plus fort. Ça vient. L’eau aussi ! Je n’arrive pas à l’arrêter. la cuisine est inondée et le débordement vers le hall menace…

Téléphone à St-Luc : Loup ? Je viendrai plus tard ce soir !

Finalement non, j’ai pu prendre mon train à l’heure voulue et ai été récompensée par un délicieux steak tartare au Restaurant de la Poste….

Poisson d’avril !

Le 1er avril j’avais rendez-vous avec ma petite-fille Shane (19 ans) dans une ancienne pizzeria de Genève : l’Age d’Or. Cet endroit est une institution : la décoration intérieure n’a pas changé d’un iota depuis 1955 et ils font les mêmes toutes petites pizzas, qui ont toujours le même goût et sont délicieuses.

Pour pouvoir discuter plus à l’aise avec elle, je demande au serveur si nous pouvons nous installer dans les petites loges en hauteur. Il nous y autorise, bien que très ennuyé de passer notre table à une collègue, se privant ainsi du plaisir de contempler ma petite-fille qu’il trouve tout à fait à son goût:)  La soirée se déroule  en toute complicité avec de grands rires, des petits « secrets » échangés. Et soudain Shane prend conscience qu’il y a beaucoup de va-et-vient dans l’escalier qui monte à notre loge et me pose cette question :

– Ils font quoi tous ces gens qui passent là ?

Je suis toujours interloquée par la naïveté de Shane ! Elle ne pense pas une seconde aux toilettes ! Et là, vilaine grand-mère, je me dis que je vais tenter le premier poisson d’avril de ma vie. Je lui réponds ingénument :

– Mais Shane, derrière la porte là il y a une hôtel de passe !

Incrédule, elle me répond :

– Mais grand-maman, on pense bien aux mêmes hôtels de passe ?

Et moi me retenant de rire :

– Mais oui ma chérie !

Et là elle éclate de rire et s’exclame :

– Tu es bien ma seule grand-mère qui m’emmène dans des endroits pareils ! (Bon il faut que je vous dise qu’elle a 4 grand-mères. Oui je sais, on est nombreuses à pouvoir se prévaloir de cet état !)

N’en pouvant plus je lui glousse :

– Shane, tu sais quel jour on est ?

Elle réalise enfin et moi je suis comblée d’avoir si bien réussi mon coup !

Jujunette a été piratée

Vers fin mars, alors que je me décide enfin à écrire un post, j’ai la surprise de découvrir que mon blog n’est pas sûr ! Mortecouille ! Je réessaie les jours suivants : toujours un message d’erreur pour cause d’insécurité.

Je ne mets plus de commentaire chez mes amis blogueurs, je ne veux pas qu’il viennent se connecter sur Jujunette qui pose problème…

Jusqu’au jour où Valérie de haute Savoie (http://notesperissables.blogspot.ch/) m’envoie un mail où elle se déclare choquée par ce qu’elle voit et entend sur mon blog : les photos que j’ai postées défilent au son de chants islamiques, avec un gros encart : site piraté par des états islamistes….. On pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres….

Catastrophe ! Moi aussi je suis choquée. On a violé ma Jujunette ! Pourquoi ? Qui ? Autant de questions sans réponse…

La résurrection de Jujunette des alpages se fera grâce à mon ami-voisin Geff qui me virera tout ce monde et me rendra mon blog propre ! Un immense merci à lui !

Flopettes

Nous avons eu une assemblée de notre quartier samedi soir à St-Luc. L’ordre du jour était la sécurité de la route privée qui nous mène à nos chalets. Il avait neigé toute la journée et c’était très glissant. Comme nous avions rendez-vous à l’autre bout du village (à 30 minutes de chez nous), Chloro nous emmène.

P1110385

Nous nous engageons dans la descente…. et on se retrouve nez à nez avec une voiture qui monte ! Nous rebroussons chemin, on se fait un petit salut et les laissons passer.

Chloro y retourne. Sous la neige de la glace noire…. Le Loup roule très prudemment, doucement. Il faut atteindre l’épingle à cheveux, après cela ira tout seul. La route à partir de là n’est pas verglacée.

On prend le virage et…..Diable, la route est déjà verglacée !!!…. Chloro prend un peu vitesse, le Loup freine à peine, l’ABS se met en route et nous glissons, glissons, glissons d’un côté, de l’autre. J’ai oublié de vous dire que la pente à ce niveau-là est à 9% et qu’elle longe un ravin, parsemé de chalet… Je suis tétanisée. Je demande sans arrêt au Loup si il a peur ? C’est ballot, hein ? Ben oui, il a les flopettes, comme moi !

P1110396

Chloro freine un peu, on reprend notre souffle et elle repart de plus belle. La cerise sur le gâteau : au bas de cette pente il y a un parking, petit, bourré de voitures, avec un tronc d’arbre en prime.

P1110398

Il faut donc viser entre le tronc, traître sous la neige, et les voitures…..

P1110400

Enfin faut déjà s’arrêter avant le tronc, si possible….

Le tronc est passé, la première voiture est évitée. Si on veut éviter les autres, il faut se laisser aller comme un boulet de canon tout droit sur la route principale…. C’est mieux quand il y a personne dessus !

Le Loup me crie :

  • je peux y aller ?

De toute façon on ne peut pas faire autrement, alors je dis :

  • Oui !

Et je ferme les yeux !

Il n’y avait pas de voiture, pas de piétons non plus, on respire un grand coup.

Le sujet de ce soir est vraiment d’actualité :mistergreen: Nous sommes tous arrivés les uns après les autres, tout vert, heureux d’avoir échappés à l’accident !

Les photos ont donc été prises un autre jour, ensoleillé, ça change bien l’ambiance…..