Genève-Whitehorse

Genève – Whitehorse 18 juillet 2015

Départ de GE à normalement 13:00, mais qui aura un peu de retard. Compagnie Air Dolomiti, très bien avec bon sandwich et bière servis à bord. L’était costaud la bière, m’a mise un peu pompette ! Pour moi qui ne raffole pas de l’avion, c’est exactement ce qu’il me faut  🙂

Munich départ à 15:30 (qui sera retardé lui aussi).

Le survol du Groenland est de toute beauté. On voit bien l’eau bleutée des lacs, les crevasses des glaciers. Plus loin nous survolerons la banquise. Le vol se passe à merveille, je n’aurai même pas peur.

P1120186

P1120190Départ de Vancouver à 18:55 et qui sera pratiquement dans les temps. La raison donnée au retard : les deux WC sont bouchés. Effectivement cela ne sent pas bon. Nous décollons, survolons la chaîne pacifique

P1120210

et après une heure de vol, à la hauteur de Prince Rupert, le commandant nous annonce que nous faisons demi-tour car il a un problème de pare-brise. Tout le monde rit,,,,,sauf moi ! Là je balise. Je suis déjà un peu chochotte en avion quand tout va bien, alors là……. Effectivement en descendant je jette un œil au poste de pilotage et tout le pare-brise gauche est éclaté.

Moralité, quand un avion sent les toilettes, on est bientôt dans la merde !

On était tout contents d’arriver tôt à Whitehorse, et bien c’est encore raté…

Re-Vancouver, changeons d’avion et serons à 00.10 à Whitehorse. Il doit être écrit quelque part que nous n’y arriverons qu’avec un retard important…. Nos téléphones ne fonctionnent pas, pas de connexion. L’humeur n’était pas des meilleures et puis nous n’avions pas tellement mangé de la journée. Nos vols ont duré 17h00….

Hôtel Westmark, parfait. Le Loup s’endort illico, le veinard. Moi je n’y parviens pas et lirais jusqu’à 3 heures du matin. Nous nous endormons sur un molleton extrêmement moelleux et chaud et avons juste un couvre-lit très léger pour couette. Ils ont oublié de mettre les draps ????  Nous nous rendrons compte au réveil que le truc moelleux était la couverture et que les draps étaient là.

Je me suis aussi bien enquiquinée avec l’éclairage des lampes. Quand je suis fatiguée tout va de travers ! Il ne se passe rien quand je touche au bitoniau. Le Loup arrive, et la lumière fut ! Il faut le tourner toujours dans le même sens.

19 juillet

Petit déjeuner très copieux pour le Loup ! Retrouvons la ville avec un immense plaisir. Longeons la Yukon River jusqu’au Visitor Centre.P1120219

Le trolley qui longe la Yukon River

P1120212

Marcherons comme des fous. On nous signale une hutte à castor très grande, mais trop loin, nous sommes fourbus. Il y a peu de monde, peu de voiture, il faut que je me réhabitue. Nous ferons quelques courses dans les centres commerciaux ouverts le dimanche. Cherchons à acheter une carte sim pour notre téléphone. Sans succès. Ensuite en sortant l’ordinateur, je m’apercevrais que je n’ai pas d’adaptateur pour une prise à 3 (j’ai changé d’ordinateur il y a peu de temps). Nous partons en quête de l’adaptateur sous un orage qui tourne en grêle, Nous serons trempés. Nous sommes fatigués+++.

Dinerons d’un cod and ships au High Country Inn. Une merveille. Nous aimons toujours autant y retourner (la dernière fois en 2006). L’ambiance est joyeuse, les serveuses sont gaies, un pianiste jouera du jazz, la salle sera chauffée. Moment génial, avec une Lily Klondike à côté de nous ! (Pour toi, Co)

Reviendrons tranquillement en regardant toutes les boutiques de Main Street, ça n’en fait pas tant, rassurez-vous.

P1120236

Retour au Westmark et dodo jusqu’à 5 heures ! Décalage horaire oblige. Nous avons 9 heures de moins que vous.

Lundi 20 juillet (Whitehorse)

Petit déjeuner : gros buffet.

Je raconte au Loup que j’ai pensé à maman et à sa carte du Yukon. Je lui dis qu’elle doit être avec nous de là-haut. Et je ris au souvenir de cette carte qu’elle avait commandé chez Artou pour avoir plus de détails géographiques pour nous suivre en 2006. Elle s’était retrouvée avec une carte qui faisait la moitié du salon, mais où il n’y avait toujours qu’une seule route !!! 🙂 Et tout de suite après avoir dit cela au Loup, je me suis mise à pleurer. A gros bouillons. Un trop-plein d’émotion. Je ne pourrais plus jamais lui raconter quelque chose. Enorme chagrin où mes larmes coulent.

À 9h30 Fraserway vient nous chercher et nous irons faire la connaissance de notre maison. Encore mieux que le mieux qu’on ait eu. Nous sommes très contents.

P1120240

Courses faites au Choix du Président, ensuite Liquor store, Centre ville pour essayer d’avoir un téléphone pour le Canada. Impossible, nous n’insisterons pas.

Il est 14:30 nous partons pour Dawson City. Il fait très beau.

Lac Laberge, Fox Lake. Le premier qui voit un ours a gagné !

Arrêt café à l’endroit de l’incendie de 1958, J’ai fait une grosse bêtise, J’ai mal placé les bières dans le frigo. En rouvrant la porte,  tout est tombé. Une bière s’est ouverte et a explosé partout. Un bronx de folie qui pue ! Jujunette est très fâchée, car il y a une bière de moins, elle a décidé que j’étais privée d’apéro ce soir !

Bien mangé au Gold Panner de Carmacks d’un burger au légumes avec une Yukon bier. Excellent, cadre sympa et l’accueil aussi.

Promenade digestive le long de la Yukon river. Nous tanguons de fatigue.

Première nuit dans le RV.

Un voyant lumineux du moteur est allumé depuis quelques heures….

Pas pour les mauviettes !

Samedi, veille du solstice d’été, nous décidons de partir en Italie dans le Piémont. Le temps est très couvert à St-Luc, c’est dommage pour l’inalp…

Montée du Simplon sous un ciel qui se dégage de plus en plus. Nous voilà à Iselle, frontière italienne. Il est presque midi et le premier ristretto est repoussé à plus tard.

Nous partons dans le Val Formazza, sauvage et peu fréquenté. Notre destination est : Premia. Petit village où nous avons repéré une auberge affolante. Elle offre des repas défiant toute concurrence. Fait également hôtel, ce que nous n’avons pas encore testé, mais qui pourrait bien se produire.

Il est 12h45, Albergo-Ristorante Minoli à Premia.

P1120099

L’accueil de la patronne n’est pas chaleureux, mais surtout ne pas s’arrêter à cela. Demander une table pour 2 personnes, accepter le litre d’eau gazeuse et s’installer. Ensuite, se laisser faire…..

Viendra une serveuse souriante qui nous dira à toute pompe le menu. Dire oui à tout.

Et là ¨décrocher sa ceinture ! Ce n’est pas pour les mauviettes à petit appétit !

  • 4 entrées de pâtes : raviolis, crêpe, tortellinis aux moules et spaghettis à la tomate. (on vous ressert à volonté, par prudence dites : non)
  • 3 plats principaux : tranche de bœuf en sauce, lapin aux herbes et veau au citron, accompagnés de polenta à 2 façons (dites : oui à tout)
  • Dessert : tiramisu aux myrtilles. Là on se dit qu’on exagère, mais tant pis. Et bien on a tort. C’est d’une légèreté époustouflante, ça aurait été un crime de s’en priver !
  • Le tout accompagné du fameux litre d’eau gazeuse et de 50 cl de vin rouge du pays, café.

L’addition : 39,50 euros ! Laisser un pourboire aux serveuses qui le méritent amplement.

Une auberge fréquentée que par des Italiens. Nous sommes les seuls étrangers. La nourriture est simple, montagnarde, abondante et délicieuse. Nous ferons une petite marche digestive dans le village et étudierons les possibilités de randonnées….. pour une autre fois !

P1120108

Ensuite ? Ben ensuite on part explorer le fond de la vallée. De belles maisons en pierre avec toits de pierre,  le sentier des Walzer, les carrières de granit…..

Fondovalle : Petit village où en hiver la neige peut atteindre des quantités folles et départ de belles courses.

P1120125

Il est déjà tard et nous avons envie de faire aussi un saut dans le Val Devero, encore plus sauvage, avec ses cascades énormes, sa route tellement étroite qu’il est parfois difficile de croiser….

P1120127

Il y avait un tel débit, que je suis rentrée dans la voiture trempée, d’où la qualité de la photo très moyenne….

Encore une gelati et un  dernier café  à l’Albergo Vecchio Scarpone à Baceno avant de rentrer chez nous. Le Loup y va de son plus bel italien et demande : due espressi ! La serveuse répète : due espressi ! Puis elle ne revient plus…. Nous attendons un peu inquiet. Elle arrive enfin avec due Spritz ! Nous en garderons un et aurons nos 2 cafés pour la modique somme de 2 euros 🙂

 P1120128

Visite à la Capitale

Il y a 15 jours nous étions à Berne chez mon frère et ma belle-sœur. Ils nous avaient demandé de l’aide pour l’arrachage des pommes de terre, et plus si on avait le courage !

Pour mettre toutes les chances de notre côté, rien de tel qu’une entrecôte au Café Fédéral pour se mettre dans l’ambiance ! J’en raffole.

Café Fédéral

Café Fédéral-001

Café Fédéral-002
Tarte au citron revisitée par mon Loup !

J’aime Berne, ces arcades, ces gens qui déambulent tranquillement, sa fosse aux ours (mais oui, j’aime ! Je sais c’est un peu image d’Epinal), ces boutiques si différentes des nôtres où les vendeuses sont accueillantes, ces belles maisons  bordant l’Aare. C’est un endroit où j’aurai du plaisir à vivre.

Bon il est vrai que cela fait quelques mois que cette belle ville est en travaux.

Berne travaux-004 Berne travaux-001 Berne travaux-003

Tout le centre depuis la gare…. Des immenses passerelles métalliques sont là pour nous permettre de traverser la rue centrale. Bizarres ces passerelles, elles ont une élasticité telle que l’on se sent un peu nauséeux et vertigineux dessus s’il y a du monde. En revanche, ça permet de faire des photos sous des angles bien différents.

Berne architecture-001
Le Palais Fédéral et la place du Marché
Berne architecture
La Place du Marché

L’immense abribus sur la Bahnhofplatz

Berne architecture-003 Berne architecture-004

Nous avions dit que nous nous laissions dormir, enfin, réveil à 10h00. Copieux petit déjeuner et filons au jardin. Il est 11h00, il fait déjà une chaleur torride…

Mon frère et sa femme ont loué un bout de jardin communal au bord de l’Aare, un peu sur la hauteur (ce qui leur évite les inondations de plus en plus fréquentes). Ils ont l’obligation de le cultiver biologiquement, ils font donc leurs engrais eux-mêmes et ont leur ferme attitrée pour le crottin de cheval, les orties, elles,  sont moins compliquées à obtenir….Pas de traitement ni autre cochonnerie qui pourraient abîmer la terre. Et comme ils ont la main verte, nous bénéficions largement du résultat de leur travail.

Nous bossons comme des fous le Loup et moi. On se fatigue vite, n’ayant aucune habitude. Vers 13h00 assommés par la chaleur, nous rentrons. Petite douche, courses vite faites à la Migros et Coop pour la grillade du soir puis quartier libre.

Le Loup déteste faire quelques boutiques avec moi, et moi je déteste aussi, car il traîne la patte et je suis toujours en train de le chercher….On a vraiment rien à gagner à faire cela ensemble car au final, on est fâchés tous les deux et en plus moi je n’ai rien pu voir. Je finis par l’abandonner avec mon appareil photo  et le retrouverai sur une terrasse.

Les gens font tout lentement à Berne, ils prennent le temps, un art de vivre… Le premier jour ça m’agace…Le deuxième, j’ai tellement de courbatures que je fais comme eux !

Vers 18h00 nous regagnons la maison, petit bisou au chat du rez-de-chaussée qui traîne par là !

De retour au jardin nous arrachons, taillons, arrosons, puis BBQ. Et dodo.

Ce soir-là j’ai appris un truc incroyable ! Vous êtes aussi gênés par les guêpes vous, quand vous faites une grillade ? Ben moi en plus je suis devenue allergique. Pour éviter de se faire envahir, placer des pièces de 5 cts suisse sur la table (je sais pas si ça marche avec des petits sous étrangers 😉 et voilà…. Nous n’avons pas vu une guêpe durant tout le repas. Génial, non ?!

Le lendemain nous décidons de nous lever tôt : 8h00, il faut travailler avant les grosses chaleurs. A 8h00 pile j’émerge et retrouve mon frère, tout habillé. Il a déjà amené ma belle-sœur au jardin. En fait ils y sont depuis 6h30… Rapidos, nous filons la rejoindre et bossons comme des fous. Finissons l’arrachage de pommes de terre, arrachons plein de fleurs fanées. Les haies ont été coupées, il faut les hacher pour les mettre au compost. La machine à hacher refuse de démarrer. Les hommes vont passer une heure à la réparer. Puis dans un bruit et une poussière étourdissantes elle réduira tout en toute petites branchettes. Il faut aussi cueillir les framboises, sinon elles finiront au composte, me dit ma belle-sœur. Pas de soucis, j’ai tout ramasser et mis dans mon composte personnel ! Vous n’aurez aucune photo du jardin, mon frère et sa femme ne veulent pas être vus ici. Tant pis mais c’est un beau jardin.

Nous sommes mort de fatigue, transpirants… Un seul remède : se laisser glisser au fil de l’Aare.

C’est un truc génial, jeunes et moins jeunes sont en maillots de bain le long de la rivière dans une atmosphère bon-enfant. Nous partons de la fosse aux ours, l’eau fait 20° (un peu frais pour moi) et nous descendons comme des petits bouchons le long du courant.

Descente de l'Aare-006

Ma belle-sœur qui n’aime pas l’eau, transporte nos vêtements plus bas.

Bern_-_Kornhausbrücke
Le Kornhausbrücke avec la passerelle d’où sautent des baigneurs

A mi-chemin, le Loup nous quitte, il a froid. Nous en profitons avec mon frangin pour remonter vers la fosse aux ours et recommencer ! On rigole comme des gamins.

Descente de l'Aare-002 Descente de l'Aare-008 Descente de l'Aare-009

On essaie de remonter le courant. Impossible. Un long élastique traîne à la hauteur du Kornhausbrücke. Le surfeur se laisse prendre par le courant et lorsque l’élastique est tendu, il se relève et fait des figures. Il est très applaudi. Par nous aussi ! Nous nous laissons dériver, mais le soleil se cache. Je grelotte. Je suis comme les gosses, j’ai les lèvres violettes ! Nous arrivons, je m’agrippe à l’échelle et grimpe avec une élégance rare (entendez  par là : j’essaie de ne pas me casser la gueule !). Nous sommes à Lorraine Bad (http://www.youtube.com/watch?v=_mOOeNvwGO0).

Descente de l'Aare-011

Vite je m’essuie, je m’habille et retour maison. On se prépare, nous mangeons indien ce soir, chez Okra (http://www.okra.ch/index.html).

P1070037

En deux mots : Une merveille !