Saleté de lave-linge

Congé pascal ! Je me lève aux aurores pour faire le ménage afin de pouvoir partir directement après le travail. Aspirateur passé, vaisselle propre, poussière ôtée, salle de bain, WC et cuisine nets ! Il ne me reste plus qu’à mettre le lave-linge en route, je viderai rapidement ce soir en venant chercher mon sac. Ça roule !

La journée passe vite. 16:30 ! Vite je me précipite à la maison et tente d’ouvrir la machine qui heureusement ne s’ouvre pas. Elle est archi pleine d’eau…. Mon linge a gogé (expression typiquement suisse) durant 8 heures. Je me remémore ce que j’ai mis dedans. Ouf rien de délicat ! Je tourne le bouton pour évacuer l’eau : rien…..

Je sens que ça va être chaud pour mon train ! Illico je téléphone au réparateur pour obtenir de l’aide à mon retour mardi. La dame très sympa me donne le rendez-vous, m’informe que c’est sûrement le filtre (je l’ai nettoyé il y a peu) et  que la plaisanterie coûtera au mieux CHF 130.-

Derechef, je me mets à démonter ce f@#@u filtre. Ça bloque. Je tire plus fort. Ça vient. L’eau aussi ! Je n’arrive pas à l’arrêter. la cuisine est inondée et le débordement vers le hall menace…

Téléphone à St-Luc : Loup ? Je viendrai plus tard ce soir !

Finalement non, j’ai pu prendre mon train à l’heure voulue et ai été récompensée par un délicieux steak tartare au Restaurant de la Poste….

Jujunette a été piratée

Vers fin mars, alors que je me décide enfin à écrire un post, j’ai la surprise de découvrir que mon blog n’est pas sûr ! Mortecouille ! Je réessaie les jours suivants : toujours un message d’erreur pour cause d’insécurité.

Je ne mets plus de commentaire chez mes amis blogueurs, je ne veux pas qu’il viennent se connecter sur Jujunette qui pose problème…

Jusqu’au jour où Valérie de haute Savoie (http://notesperissables.blogspot.ch/) m’envoie un mail où elle se déclare choquée par ce qu’elle voit et entend sur mon blog : les photos que j’ai postées défilent au son de chants islamiques, avec un gros encart : site piraté par des états islamistes….. On pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres….

Catastrophe ! Moi aussi je suis choquée. On a violé ma Jujunette ! Pourquoi ? Qui ? Autant de questions sans réponse…

La résurrection de Jujunette des alpages se fera grâce à mon ami-voisin Geff qui me virera tout ce monde et me rendra mon blog propre ! Un immense merci à lui !

Flopettes

Nous avons eu une assemblée de notre quartier samedi soir à St-Luc. L’ordre du jour était la sécurité de la route privée qui nous mène à nos chalets. Il avait neigé toute la journée et c’était très glissant. Comme nous avions rendez-vous à l’autre bout du village (à 30 minutes de chez nous), Chloro nous emmène.

P1110385

Nous nous engageons dans la descente…. et on se retrouve nez à nez avec une voiture qui monte ! Nous rebroussons chemin, on se fait un petit salut et les laissons passer.

Chloro y retourne. Sous la neige de la glace noire…. Le Loup roule très prudemment, doucement. Il faut atteindre l’épingle à cheveux, après cela ira tout seul. La route à partir de là n’est pas verglacée.

On prend le virage et…..Diable, la route est déjà verglacée !!!…. Chloro prend un peu vitesse, le Loup freine à peine, l’ABS se met en route et nous glissons, glissons, glissons d’un côté, de l’autre. J’ai oublié de vous dire que la pente à ce niveau-là est à 9% et qu’elle longe un ravin, parsemé de chalet… Je suis tétanisée. Je demande sans arrêt au Loup si il a peur ? C’est ballot, hein ? Ben oui, il a les flopettes, comme moi !

P1110396

Chloro freine un peu, on reprend notre souffle et elle repart de plus belle. La cerise sur le gâteau : au bas de cette pente il y a un parking, petit, bourré de voitures, avec un tronc d’arbre en prime.

P1110398

Il faut donc viser entre le tronc, traître sous la neige, et les voitures…..

P1110400

Enfin faut déjà s’arrêter avant le tronc, si possible….

Le tronc est passé, la première voiture est évitée. Si on veut éviter les autres, il faut se laisser aller comme un boulet de canon tout droit sur la route principale…. C’est mieux quand il y a personne dessus !

Le Loup me crie :

  • je peux y aller ?

De toute façon on ne peut pas faire autrement, alors je dis :

  • Oui !

Et je ferme les yeux !

Il n’y avait pas de voiture, pas de piétons non plus, on respire un grand coup.

Le sujet de ce soir est vraiment d’actualité :mistergreen: Nous sommes tous arrivés les uns après les autres, tout vert, heureux d’avoir échappés à l’accident !

Les photos ont donc été prises un autre jour, ensoleillé, ça change bien l’ambiance…..

La Mare – 21.10.2014

Le lendemain, après une excellente nuit, nous découvrons un paysage maussade. La pluie nous cueille au petit matin à 7h30, des cordes. La météo nous l’avait assez annoncé. Nous décidons que nous n’allons pas marcher, donc à moi la confiture de pruneaux et les tartines :-). Puis nous désinstallons notre camper de manière efficace. Ca se passe bien, la pluie s’interrompt juste quand il faut, plus ou moins. On a vraiment fait une toilette de très très chat. Moi ça s’est limité aux dents.

P1100711

J’ai encore été rendre l’adaptateur électrique France/Suisse. On ne peut pas dire que la patronne soit plus rayonnante le matin 🙁 C’est dommage parce que, elle, elle n’est pas sympa, alors que tous les autres , le grand-père, la petite-fille, le chien Ploum, sont vraiment très cools, souriants, efficaces. Tant pis pour elle !

P1100712

Nous rentrons maintenant en direction de chez nous, et si on trouve à se garer, j’opterais même pour un petit café à la Crémerie des Glaciers. Ce charmant chalet-hôtel nous a fait de l’œil lors de nos passages en bus et l’envie de nous y arrêter nous tenaille. Malheureusement ce sera fermé.

P1100720

P1100722

Nous partons en direction d’Argentière, au col des Montets où nous abandonnerons Vif-Argent à côté du refuge des Aiguilles Rouges, et grimperons vers le lac Blanc.

P1100727

Nous sommes seuls. C’est extrêmement sauvage parce que le brouillard nous entoure, il y a un vague soleil qui perce du côté des Grands Montets. Ambiance, ambiance ….

P1100728

Nous traversons la réserve où tous les noms de plantes sont indiqués. Nous découvrons une source qui jaillit sur le sentier, dans une gouille et qui fait régulièrement des tas de petites bulles. C’est très joli, mais malheureusement pas montrable. Comme la pluie a cessé, nous ne prenons pas nos parapluies. Nous sommes d’un optimisme qui force l’admiration ! Ca grimpe pas mal, mais on ne s’en rend pas tellement compte, on ne voit rien.

P1100730

On entend des bruits de courses d’animaux, ça sent fort le cervidé, on voit des pétoles de lièvres. Soudain, le brouillard se déchire, enfin, une paroi nous côtoie. Nous surplombons le village du Tour, partons au-dessus de celui d’Argentière pour aller vers la Flégère. C’est de toute beauté.

P1100732

Nous atteignons un petit plateau avec des herbes jaunies, des myrtilliers rouges, des rhodos, dont les boutons sont faits pour le printemps prochain. Ca souffle, il fait du soleil, rarement les deux en même temps, alors on ne sait pas comment s’habiller. C’est vraiment un endroit merveilleux, ce que j’ai vu de plus beau durant ces 3 jours. Les photos ne lui rendent pas justice… Je demande au Loup si on ne pourrait pas bivouaquer ici. Nous n’avons rien pour le faire, mais c’est tellement beau. Il refuse.

P1100733

Il y a plein de ruisseaux, de cascades qui coulent partout autour de nous. Malgré le temps nous poursuivons. C’est un peu comme une drogue, on se demande toujours ce que l’on va découvrir au passage d’après. Ca souffle toujours plus fort. Nous sommes en face du glacier d’Argentière.

P1100738

Nous atteignons le lieu-dit : la Mare, envahie d’herbes qui poussent abondamment. On nous signale la présence d’oiseaux, des rouges-queues noirs. Pas vus. Remarque avec le vent qu’il fait, ce doit être des spoutniks 😉

P1100737

Pour aller jusqu’au Lac Blanc, il y a encore un sacré bout à faire et nous n’avons pas marché vite, sommes partis tard. C’est déjà décidé, nous ne l’atteindrons pas, mais on va encore continuer un petit peu. Maintenant le vent souffle encore plus fort, il fait froid, ça pince vraiment.

Nous décidons de nous arrêter pour casser la graine. On s’installe. Je suis mal assise. Le Loup me cède sa place et dans le mouvement je vois un jeune bouquetin qui descend, s’arrête, nous regarde, puis finalement continue de descendre et rejoint sur le pierrier un copain. Grosse discussion pour savoir si c’est un chamois ou un bouquetin. Moi je suis sûre c’est un bouquetin, mais pour faire plaisir au Loup, nous l’appellerons : le bouquemois ou le chatin !!! 😉

P1100742

Le mauvais temps menace. Le Loup ordonne le demi-tour. Je reparle du bivouac, mais le Loup ne m’écoute même pas. Je le suis. A regret. Vraiment.

Il pleut, très fort, à l’horizontale. J’ai les mollets et les fesses trempés.Puis ça s’est arrêté. Le Loup m’a invité à boire le thé à côtés d’un truc qui explique les glaciers. Alors j’ai accepté !

P1100746

 

P1100747

Nous retrouvons Vif-Argent que nous ramènerons à sa maison-garage.

P1100748

De retour au chalet la tempête fait rage, au matin nous sommes sous la neige. Nous apprendrons que la queue de l’ouragan Gonzalo est passé chez nous. Z’aurions eu l’air fin à bivouaquer dans les Aiguilles Rouges ! On aurait retrouvé deux petits tas ensevelis sous la neige. Comme quoi, le Loup a TOUJOURS raison 🙂

 

 

Biche, oh ma biche !

L’idée de faire un grand tour en montagne a été vite éliminée au vu du temps pluvieux samedi matin… De plus nous nous sommes levés à 10h00, alors…

On trainouille devant la TV et je lance ; Montons à la cabane du Petit-Mountet, ça nous fera une petite marchette pour me remettre en jambe. Chloro est mise à contribution  et nous l’abandonnons à Zinal.

J’avais oublié à quel point le lit du torrent était dévasté depuis les inondations. Une nouvelle passerelle a été construite et nous traversons la Navisence.

C’est dommage parce que comme c’était juste une marchette, je n’ai pas pris d’appareil photo. Les paysages sont de toute beauté. Nous découvrons un nouveau sentier, prédisant l’arrivée dans une heure. Mon œil oui ! Une heure et demi plutôt ! Ca me fait râler sec. J’ai horreur de ces temps de marche calculés pour des coureurs ! Je n’ose imaginer les parents qui ont promis une glace à la cabane dans une heure.Vont en entendre des récriminations…. Bref, nous y sommes presque !

Et tout à coup derrière un rocher, mon sang se glace. Un chasseur est embusqué. Je croyais que la période de la chasse était finie. Je me suis habillé en marron-chevreuil, c’est ballot ! Je fais plein de bruit pour éloigner les bêtes 🙂 Pour le retour j’enlève mes couleurs camouflage et reste en petit pull bleu-ciel pour éviter tout doute.

Nous arrivons vers Chloro et entendons un drôle de bruit. Des feuilles brassées, des pas précipités, des aboiements. Je vois un chien qui lèvent deux biches. Je me mets à hurler : Barrez-vous les biches et à siffler pour attirer le chien. Le loup fait de même. Le chien s’est stoppé et a arrêté d’aboyer.Les biches ont pu s’enfuir. Aucune détonation n’a suivi.

Foi de Jujunette, je ne mangerai plus jamais de chasse…

Swatch pour danseuse des Folies Bergères ?

En faisant de l’ordre chez mes parents j’ai retrouvé ce truc que j’avais lâchement abandonné dans un coin. Je me demande bien ce qui m’est passé par la tête le jour où j’ai acheté ça !?! Vous devinez ce que c’est ? Une montre Swatch datant de 1997 !!! D’une élégance rare !

P1090109

Et tellement pratique pour lire l’heure 🙂

P1090110

Foutues machines de m@#?#@ à la c*@ !!!!

Je ne suis pas bricoleuse pour deux sous.

Une nouvelle machine me met en émoi.

Tous les I-quelquechose me semblent très hermétiques. Les téléphones portables intelligents itou ! C’est pourquoi je dois être une des seules à avoir encore un téléphone à CHF 10.-

Comme mes trajets en train durent 2 heures, je suis agressée par les coups de fils indispensables que mes compagnons de voyages se permettent. Souvent à tue-tête. Et si ce n’est les téléphones, je peux me faire plusieurs concerts en même temps…..Jugeant que cela avait assez duré, je me suis mise au baladeur, histoire d’écouter mon bruit à moi.

Je me suis offert un premier I-Pod. Le plus petit. Aie, aie, aie, j’ai pas eu de pod !!! Je n’ai jamais réussi à le faire fonctionner depuis mon pc. Je l’ai donc relégué au fond d’un tiroir…

L’envie me reprenant, j’ai acheté une autre marque ne m’obligeant pas à passer par I-Tunes.

Et miracle mes essais furent fructueux. Enhardie par ces premiers succès j’ai voulu me mettre toute la musique que j’aime. Et là plus rien ne marche. Les noms d’oiseaux volent bas…..

Le Loup passant à côté de moi en m’entendant pester, me signale que tout irait beaucoup mieux si j’allumais ma prise multiple pour clés USB…..Evidemment !

Je vais peut-être enfin réussir à dompter ma première petite machine qu’un gosse de 5 ans utiliserait les yeux fermés.