20 – Lac Laberge 11, 12 et 13 août

Nous étions déçus de ne pas avoir pu faire notre camping gouvernemental à Marsch Lake, le camping n’existant plus, mais ceci n’était indiqué nulle part… Nous atterrissons finalement chez un Suisse-allemand où il est possible de manger des fondues et des raclettes (bonjour le dépaysement !)….

Nous rentrons sur Whitehorse faire quelques courses. Peu d’alimentaire, le voyage touchant à sa fin, nous allons finir ce que nous avions acheté.P1140367Suite à ma lecture « la Yukonnaise » j’ai envie de prendre un café au Baked Cafe dont l’auteure parle. Endroit extrêmement branché, sympathique (pas pour l’accueil des serveurs!) et délicieux. Tous les habitants de Whitehorse viennent là, surtout les habitantes, et surtout enceintes ! On peut y déguster des patisseries délicieuses et un grand assortiment de thé ou café.P1140288Un détour chez Canadian Tire nous ravira, un incontournable, nous y trouverons quelques babioles pour notre RV à nous. Le ciel se plombe.P1140082_1Nous savons que la journée du lendemain est annoncée pluvieuse, nous voulons profiter d’aller encore au lac Laberge sur le route du Klondike. Nous reprenons nostalgiques notre début de voyage……

Il est finalement plus loin que je ne le pensais ce lac, mais la route est belle. Tout à coup trois mule deers traversent la route. Une maman et ses deux petits.

Camping du Lac Laberge :P1140265il reste quelques places, mais seulement une (la 11) au bord de l’eau. Nous sommes heureux et décidons d’y passer deux nuits.P1140142Le Loup fait le feu, moi l’apéro. Le soleil est chaud. Je lis devant le feu et rajoute des pommes d’épinettes à tire-larigot.P1140131On s’amuse bien. Une soupe de lentilles pour le repas et dodo après avoir fait ensemble des mots fléchés. Les heures ont passé à toute allure, on a rien vu ! nous vivons à la yukonnaise. Les derniers jours on se les fait cool. Finalement ce n’est pas pire que les gens qui restent trois semaines à griller au bord de la mer. Je me disais, franchement on va si loin et tout et tout. Et bien j’éprouve un immense bien-être.

On retombe sur nos peu sympathiques voisins du Lac Kluane. Nous nous éviterons soigneusement.

La pluie annoncée débute. Elle durera jusqu’au lendemain vers 17:00. Il fait un froid de gueux. La nuit a été étoilée et le matin nous cueille très froid. On a presque plus d’électricité, alors on ne peut pas mettre le chauffage.P1140156Le lendemain 17:00 : Je me promène et voit rentrer un bateau,P1140182P1140180pendant que le Loup fait ami-ami avec nos voisins Patricia et Jim,P1140202de Texada en BC, une petite île au nord de l’île de Vancouver. Il va lui apprendre des trucs pour couper le bois, faire le feu. Et le Loup s’attaque à sa nouvelle passion avec énergie, jusqu’à ce que sa hache soit bien bloquée dans une grosse bûche.P1140186Plus moyen de la ressortir. Nous hésitons à la laisser comme cela et la rendre ainsi à Fraserway samedi 😉 Plus simplement nous irons voir Jim, qui rira bien et sortira sa scie à essence.P1140191

P1140192La bûche est coupée en deux et la hache pourra ressortir. Il nous accompagne à notre camp et nous discutons longuement. Nous adorons cela. Il nous raconte des tas d’histoires de pêche, car les Canadiens sont pêcheurs. Des histoires de saumons longs comme le bras, lourds à souhait. Ils sont à la retraite et voyagent pendant 7 mois. Leur RV est bien équipé et plus grand que le nôtre. Patricia était cuisinière (plus malin le Jim, il a épousé une cuisinière !) et elle prépare les saumons pêchés et comme Jim chasse également, elle fait des saucisses sèches d’elk (un cervidé, mais on ne sait jamais très bien lequel). Nous en recevons et goûterons tout cela le soir : une merveille !

On peut camper n’importe où au Canada, hors de tout. C’est légal. Cela nous l’ignorions. Dans ce cas il faut trouver du bois, des épinettes sèches peuvent être sciées, d’où tout l’équipement que Jim a dans son pick-up. 

Notre feu est maintenant grandiose et je me chauffe devant.P1140226La journée a été très fraîche et nous avons fait une longue sieste.

J’ai eu du nez de nous emmener là, nous y avons fait notre plus belle rencontre. P1140207Nous constatons qu’il nous manque encore beaucoup de notions pour émigrer.

Visite d’un chien husky qui fait un premier passage rapide. P1140222Le deuxième est plus long. Le Loup lui lance des bouts de bois. C’est vif ces bestioles, il lui saute dessus, de plus il grogne fort. Mon Loup n’en mènera pas large…

Une bonne nuit glaciale nous cueillera tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *