La Mare – 21.10.2014

Le lendemain, après une excellente nuit, nous découvrons un paysage maussade. La pluie nous cueille au petit matin à 7h30, des cordes. La météo nous l’avait assez annoncé. Nous décidons que nous n’allons pas marcher, donc à moi la confiture de pruneaux et les tartines :-). Puis nous désinstallons notre camper de manière efficace. Ca se passe bien, la pluie s’interrompt juste quand il faut, plus ou moins. On a vraiment fait une toilette de très très chat. Moi ça s’est limité aux dents.

P1100711

J’ai encore été rendre l’adaptateur électrique France/Suisse. On ne peut pas dire que la patronne soit plus rayonnante le matin 🙁 C’est dommage parce que, elle, elle n’est pas sympa, alors que tous les autres , le grand-père, la petite-fille, le chien Ploum, sont vraiment très cools, souriants, efficaces. Tant pis pour elle !

P1100712

Nous rentrons maintenant en direction de chez nous, et si on trouve à se garer, j’opterais même pour un petit café à la Crémerie des Glaciers. Ce charmant chalet-hôtel nous a fait de l’œil lors de nos passages en bus et l’envie de nous y arrêter nous tenaille. Malheureusement ce sera fermé.

P1100720

P1100722

Nous partons en direction d’Argentière, au col des Montets où nous abandonnerons Vif-Argent à côté du refuge des Aiguilles Rouges, et grimperons vers le lac Blanc.

P1100727

Nous sommes seuls. C’est extrêmement sauvage parce que le brouillard nous entoure, il y a un vague soleil qui perce du côté des Grands Montets. Ambiance, ambiance ….

P1100728

Nous traversons la réserve où tous les noms de plantes sont indiqués. Nous découvrons une source qui jaillit sur le sentier, dans une gouille et qui fait régulièrement des tas de petites bulles. C’est très joli, mais malheureusement pas montrable. Comme la pluie a cessé, nous ne prenons pas nos parapluies. Nous sommes d’un optimisme qui force l’admiration ! Ca grimpe pas mal, mais on ne s’en rend pas tellement compte, on ne voit rien.

P1100730

On entend des bruits de courses d’animaux, ça sent fort le cervidé, on voit des pétoles de lièvres. Soudain, le brouillard se déchire, enfin, une paroi nous côtoie. Nous surplombons le village du Tour, partons au-dessus de celui d’Argentière pour aller vers la Flégère. C’est de toute beauté.

P1100732

Nous atteignons un petit plateau avec des herbes jaunies, des myrtilliers rouges, des rhodos, dont les boutons sont faits pour le printemps prochain. Ca souffle, il fait du soleil, rarement les deux en même temps, alors on ne sait pas comment s’habiller. C’est vraiment un endroit merveilleux, ce que j’ai vu de plus beau durant ces 3 jours. Les photos ne lui rendent pas justice… Je demande au Loup si on ne pourrait pas bivouaquer ici. Nous n’avons rien pour le faire, mais c’est tellement beau. Il refuse.

P1100733

Il y a plein de ruisseaux, de cascades qui coulent partout autour de nous. Malgré le temps nous poursuivons. C’est un peu comme une drogue, on se demande toujours ce que l’on va découvrir au passage d’après. Ca souffle toujours plus fort. Nous sommes en face du glacier d’Argentière.

P1100738

Nous atteignons le lieu-dit : la Mare, envahie d’herbes qui poussent abondamment. On nous signale la présence d’oiseaux, des rouges-queues noirs. Pas vus. Remarque avec le vent qu’il fait, ce doit être des spoutniks 😉

P1100737

Pour aller jusqu’au Lac Blanc, il y a encore un sacré bout à faire et nous n’avons pas marché vite, sommes partis tard. C’est déjà décidé, nous ne l’atteindrons pas, mais on va encore continuer un petit peu. Maintenant le vent souffle encore plus fort, il fait froid, ça pince vraiment.

Nous décidons de nous arrêter pour casser la graine. On s’installe. Je suis mal assise. Le Loup me cède sa place et dans le mouvement je vois un jeune bouquetin qui descend, s’arrête, nous regarde, puis finalement continue de descendre et rejoint sur le pierrier un copain. Grosse discussion pour savoir si c’est un chamois ou un bouquetin. Moi je suis sûre c’est un bouquetin, mais pour faire plaisir au Loup, nous l’appellerons : le bouquemois ou le chatin !!! 😉

P1100742

Le mauvais temps menace. Le Loup ordonne le demi-tour. Je reparle du bivouac, mais le Loup ne m’écoute même pas. Je le suis. A regret. Vraiment.

Il pleut, très fort, à l’horizontale. J’ai les mollets et les fesses trempés.Puis ça s’est arrêté. Le Loup m’a invité à boire le thé à côtés d’un truc qui explique les glaciers. Alors j’ai accepté !

P1100746

 

P1100747

Nous retrouvons Vif-Argent que nous ramènerons à sa maison-garage.

P1100748

De retour au chalet la tempête fait rage, au matin nous sommes sous la neige. Nous apprendrons que la queue de l’ouragan Gonzalo est passé chez nous. Z’aurions eu l’air fin à bivouaquer dans les Aiguilles Rouges ! On aurait retrouvé deux petits tas ensevelis sous la neige. Comme quoi, le Loup a TOUJOURS raison 🙂

 

 

5 thoughts on “La Mare – 21.10.2014

    • Dieudeschats : Tu adorerais ! C’est vraiment magique…. Et oui, c’est agaçant ce Loup qui a toujours raison 🙂 Je rigole !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *