Retour en montagne 2

Moiry (22 juin 2014)

Cette fois le départ a lieu dans notre vallée, à Moiry. La section Genevoise du club alpin organise son cours de « glace ». Tout le monde est là dans la bonne humeur, il fait un temps splendide, c’est un miracle quand on voit l’été que l’on a eu…Cours glace-001Nous partons en avance nous poster au bord du glacier pour filmer nos copains. Pour rien. Ils prendront un autre itinéraire, le terrain où nous sommes étant trop détrempé. Nous leur courrons après ! Nous montons sur le glacier à plat sans crampons, puis tout le monde stoppe, s’encorde et met les crampons.

Cours glace-012

Denis, un des chefs de course,  sera dans une forme olympique pour nous faire rire, observe les alentours.P1090332

Chaque cordée commence alors les exercices et c’est un embrouillamini de cordes… Les choses plus sérieuses s’amorcent. Les cordées avancent, escaladent de petits séracs. Tous sont concentrés. Je me suis mise sur la corde du Loup, j’ai plus vraiment l’habitude, mais j’ai pas trop les jetons et je fais ce que j’ai à faire. Faut que je lui fasse un peu honneur à mon Loup, parce que ça ferait un peu moche que la femme d’un chef de course soit terrorisée sur un bout de glacier:-) On a un peu perdu de vue nos copains et on se précipite sur des cordées que l’on ne connait pas:-), alors on redescend, on remonte, on attend…et enfin on les retrouve ! P1090368

Des chefs de courses sont partis seuls, pour préparer des cordes fixes, assurer des protections afin d’éviter tous dangers lors des exercices.

Nous mangerons, les chefs avertissent à plusieurs reprises de rester sur les parties grises du glacier, mais une fille n’en fait qu’à sa tête et en se relevant passera dans une crevasse… Ca arrivera aussi à un type qui ressortira de là vert de trouille, mais qui continuera courageusement.

Grimper à l’aide des piolets sur paroi verticale :P1090370

Passage en traversée avec l’aide du piolet. Ca a l’air fastoche, ben qu’est-ce qu’on perd l’équilibre au début. Les talons ont tendance à remonter et c’est la chute….P1090373

Remonter sur une corde fixe au moyen de deux cordelettes :

Cours glace-055

Voilà les joyeusetés qui nous ont été concoctées par Denis, Joao, Philippe et Jean-Marie.

Ce fut une journée passionnante, j’ai énormément appris. Nos valeureux chefs ont été d’une patience, d’un humour et d’un professionnalisme exemplaire. J’ai adoré. Bravo à eux, je leur tresse des couronnes de lauriers. Plus tard, nous montons à la cabane de Moiry. Montée rude et il fait chaud.

Cours glace-068

Le Loup toujours gourmand !

Cours glace-080

Tout le monde prend possession de sa chambre, puis le repas est servi. Tôt. Délicieux, comme d’habitude. J’ai le regret de vous annoncer que « Fraise », la petite chatte des gardiens, n’était pas à la cabane ce weekend-là. J’étais déçue…

Puis assemblée sur la terrasse. Les chefs de courses font les cordées pour le lendemain. Le Pigne de la Lé est prévu. Cette assemblée est une franche rigolade, toute les choses importantes sont dites, mais dans une bonne humeur qui me ravit.Cours glace-069

Je n’irai pas au Pigne, je n’ai aucun entraînement. Je pourrai donc m’octroyer une grasse matinée et retrouverai au petit déjeuner deux membres du club avec qui je passerai un chaleureux moment en attendant le retour du Loup.

P1090401

Le temps a changé et la descente se fait sous la pluie…

 

Biche, oh ma biche !

L’idée de faire un grand tour en montagne a été vite éliminée au vu du temps pluvieux samedi matin… De plus nous nous sommes levés à 10h00, alors…

On trainouille devant la TV et je lance ; Montons à la cabane du Petit-Mountet, ça nous fera une petite marchette pour me remettre en jambe. Chloro est mise à contribution  et nous l’abandonnons à Zinal.

J’avais oublié à quel point le lit du torrent était dévasté depuis les inondations. Une nouvelle passerelle a été construite et nous traversons la Navisence.

C’est dommage parce que comme c’était juste une marchette, je n’ai pas pris d’appareil photo. Les paysages sont de toute beauté. Nous découvrons un nouveau sentier, prédisant l’arrivée dans une heure. Mon œil oui ! Une heure et demi plutôt ! Ca me fait râler sec. J’ai horreur de ces temps de marche calculés pour des coureurs ! Je n’ose imaginer les parents qui ont promis une glace à la cabane dans une heure.Vont en entendre des récriminations…. Bref, nous y sommes presque !

Et tout à coup derrière un rocher, mon sang se glace. Un chasseur est embusqué. Je croyais que la période de la chasse était finie. Je me suis habillé en marron-chevreuil, c’est ballot ! Je fais plein de bruit pour éloigner les bêtes 🙂 Pour le retour j’enlève mes couleurs camouflage et reste en petit pull bleu-ciel pour éviter tout doute.

Nous arrivons vers Chloro et entendons un drôle de bruit. Des feuilles brassées, des pas précipités, des aboiements. Je vois un chien qui lèvent deux biches. Je me mets à hurler : Barrez-vous les biches et à siffler pour attirer le chien. Le loup fait de même. Le chien s’est stoppé et a arrêté d’aboyer.Les biches ont pu s’enfuir. Aucune détonation n’a suivi.

Foi de Jujunette, je ne mangerai plus jamais de chasse…