Retour en montagne

Champex (mai 2014)

Ca faisait des mois que j’attendais cela : deux weekends d’initiation à l’alpinisme avec le club alpin. Mon Loup caméra à la main et moi l’appareil de photo.

Pour s’épargner un lever aux aurores, nous avons réservé une chambre à Champex dans un hôtel, « Au Club Alpin ».P1090159Il fait beau, je suis ravie de cette escapade, je hume les senteurs d’été.

Le premier weekend, nous serons dans la région de Champex : aussi nommé « le petit Canada suisse » avec son lac alpin entouré de forêts et de chalets. Nous y sommes ! L’accueil à l’hôtel est assez frais. La patronne est en train de mettre au pas ses saisonniers. Et que ça saute !!!

Notre chambre est petite, mais agréable, avec douche et WC (comme nous sommes arrivés les premiers, c’est nous qui l’obtenons).P1090135On pose les sacs et on se précipite sur la terrasse joliment aménagée au bord du lac pour un apéro, dans des chaises longuesP1090144avec des canes et des canards qui nous offrent un magnifique spectacle. C’est enchanteur et charmant ! On est rien mal, comme on dit à Morzine ! Le soleil se cache un peu.P1090164L’heure du repas a sonné. Le serveur est adorable, un Français, il se met en quatre pour nous. Il a bien du mérite, sa boss n’est pas de tout repos. Enfin c’est le début de saison. Nous ferons ensuite le tour du lac comme balade avant de s’endormir. Le repas fut certes bon, mais pas très copieux. Nous pensions qu’avec une croûte au fromage, jambon et œufs on serait lestés, ben non… Des petits couacs quand même dans cet hôtel : éviter de rechercher un objet tombé malencontreusement sous le lit, des troupeaux de moutons de poussière étaient confortablement installés et masquaient l’objet !

Super petit déjeuner, qui lui tient au corps ! Ensuite, c’est un miracle, nous sommes les premiers au lieu de rendez-vous. Vous me direz : c’est normal, vous êtes sur place ! Je vous répondrai que ça ne veut rien dire….. Ca nous est arrivés d’être en retard même en étant sur place…

Les copains ont débarqués, tout à fait dans les temps et sont en train de s’équiper. P1090169Tout le monde file dans les bois pour faire pipi. Chaque fois qu’il y en a un qui s’en va, on se dit : c’est bon, on va pouvoir lui mettre la corde dans le sac ! L’humeur étant plus gaie que le temps.

Nous sommes très nombreux pour prendre le télésiège de la Breya. Il y a une autre section valaisanne qui monte également.

Le Loup et moi sommes chanceux dans la montée, je vois un lagopède. Il a déjà sa parure d’été à plumes brunes Il était tout seul, il marchait.

Le temps change. Nous sommes maintenant dans une purée de pois, je vois à peine celui qui me précède. On s’entend, et c’est comme ça qu’on sait qu’on est toujours sur le bon chemin.P1090177Pour le moment tout va bien. Je marche avec plaisir, le souffle un peu court, je viens d’avoir une bronchite, mais j’ai du plaisir à être là. Le sentier est plein de fleurs.

On est maintenant sur la moraine. J’en ai ch..  comme pas permis !!!! Je n’ai pas de souffle et pas de jambes, Le Loup a dû m’amener tout doucement, c’est la honte ! On m’a même proposé de me prendre mon sac !! Denis et Yves, deux chefs de course et amis, sont hyper patients et indulgents avec moi.

On se retrouve tous pour le début du cours, les groupes sont formés, nous sommes avec Yves qui adore expliquer la montagne. J’apprends des truc ou me les remémore. Ils sont courageux dans notre groupe. Ils sont toute ouïe et mettent en pratique.P1090193

P1090218Le Loup gambade partout avec sa caméra. Il est jamais fatigué, lui !!! Moi j’essaie de suivre avec mon appareil photo…

Le temps change encore, maintenant l’orage est sur nous et il grêle. On continue à monter vers la cabane, tout le monde est encordé,P1090224sauf le Loup et moi. Mais voilà, se présente un petit passage avec un à-pic de 200 mètres et je tremble. Je m’encorde au Loup et Yves, toujours adorable, ne se moque pas de moi et m’aide à passer. Je suis contente et fière de l’avoir fait, il faut que je me réhabitue au vide.

On arrive enfin à cette foutue cabane d’Orny, 2831 mètres. On a des super dortoirs, c’est neuf, c’est refait, il y a des édredons, les toilettes à l’intérieur, ça roule….P1090247

L’accueil de Raymond est chaleureux. On se mange une soupe, puis de nouveau : exercice de rappel, etc.. Moi je regarde le méli-mélo du sas de la cabane, mais dont les cordes et piolets sont bien rangéesP1090261

P1090263Nous sommes une excellente équipe, tout le monde est sympa, on rigole à fond, heureux d’être là et d’apprendre plein de trucs. Ca me fait du bien de me retrouver dans la nature, dans la montagne, avec de bons copains, ça me recharge.

Je suis très perplexe avec mon sac à dos. D’abord il n’est pas pratique, j’ai été mal conseillée à Chamonix lors de l’achat, et ce sac me déséquilibre. Un truc sympa il a des coutures étanches, ça c’est bien, mais en revanche tout le reste du sac prend l’eau. Il n’y a que les coutures d’étanches:-)

Le repas a été gai, Yves est un insatiable mangeur ! Nous avons beaucoup ri. Puis dodo. Il neige ! En été ! Beaucoup de vent !

J’ai très bien dormi. Me suis réveillée une fois à 4h00 par une équipe qui partait, puis petit déj à 6h30. Il y a un truc très cool en montagne, c’est qu’on fait de la rétention d’eau, au réveil on a plus une seule ride. Après pour que ça dure, il ne faut plus faire pipi 🙂

Il y a une fille d’un autre groupe qui est là, elle n’était pas dans le bon dortoir et a raté son départ. Son équipe la reprendra au retour !

La caméra du Loup est en panne et nous oblige à rentrer à St-Luc. Nous quittons à regret notre très bonne équipe, les paysages sont de toute beauté !P1090271