Premier ski – 2 janvier 2013.

Tout d’abord, je vous souhaite à toutes et tous une heureuse année 2013 !

Je vous ai abandonné longtemps. Trop de travail, de stress durant le mois de décembre. Une inquiétude aussi pour la suite, ma patronne prenant sa retraite à fin juin 2013.
Maintenant les choses se sont aplanies.

Noël a été une fête en famille, chaleureuse. Le temps a passé si vite, qu’il était une heure du matin et nous étions toujours aussi vigoustes et heureux d’être là tous ensemble.

Le lendemain, Annecy pour le Noël de Belle-Maman, puis petit détour pour prendre Chanel et monter à St-Luc.

Dans la voiture je commence à avoir mal à la gorge….Le lendemain, j’ai vraiment très mal. Nous avons de la famille qui vient quelques jours et je suis complètement à côté de mes pompes…Finalement tout se passera bien.

J’apprendrai plus tard par mes copines qu’il y a une épidémie de maux de gorge sans fièvre, qui dure, qui dure…De gastrœntérite aussi…J’ai de la chance tout de même.

Je passe mes premiers jours de vacances à flemmer, lire, regarder des films. Je suis en manque de tout. A Genève je n’ai jamais le temps de regarder un film le soir.
Nous nous faisons des soirées TV-DVD, un vrai bonheur.

De la lecture aussi : une saga québécoise  « Mémoires d’un Quartier » de Louise Tremblay d’Essiambre, dont les dialogues sont en joual. Je me délecte.

Une petite virée à Sion le 31 pour un dernier filet de perches chez Tout-en-Poisson. Toujours délicieux et l’accueil de Géraldine tellement chaleureux. Nous adorons passer un moment chez elle.

La soirée sera tranquille, tous les deux en amoureux, à déguster nos mets favoris accompagnés de bulles. Le tout sans exagération.

Le 1er il fait un temps maussade, jour-blanc. Une bonne raison de continuer à flemmer sans culpabiliser.

Mais aujourd’hui nous sommes sortis de notre hibernation, l’envie de skier nous tient. Il fait beau, il a un peu neigé cette nuit. Petit déjeuner vite expédié, puis rassemblons notre matériel.

Ce fut une journée magnifique ! Je craignais d’être nulle n’ayant plus aucun entraînement, ayant peu skié l’année dernière. Eh bien pas du tout. Que du bonheur ! Une neige excellente, nous avions trouvé une piste où nous étions quasi seuls. Me réjouis déjà d’y retourner demain….

Retour chez Douchka 14.12.2012

Alors là, pour du retard, c’est du retard !!!!
Tant pis je comble…… Ca va venir petit à petit, de gros problèmes de connexion internet en sont la cause.

Le Loup est monté un jour avant moi, avec Chanel. Nous ne voulions pas lui imposer des embouteillages provoqués par des gens mal équipés pour les routes enneigées.
Je suis partie toute guillerette le vendredi tout de suite après le travail. Gare Cornavin départ 13h33, puis car postal à 15h40 et St-Luc à 16h33. Ca c’est dans l’absolu….
Je suis bien partie à 13h33 et nous avons passé tout l’arc lémanique sans problème. A la gare d’Aigle on a commencé à subodorer les ennuis. Nous y sommes restés longtemps, avec le moteur éteint. Au bout de 10 minutes le conducteur a rallumé sa machine, on a tous poussé un soupir de soulagement, le chef de train s’est excusé du retard. OK ! Mais après Bex, nous avons réentendu des « toc-toc-toc », qui font vibrer les wagons. En effet sous l’effet conjugué du grand froid et de la neige, le ballast prend parfois la poudre d’escampette et se projette sur le pare-brise de la locomotive ou sous les wagons. Nous, ça a été plutôt sous les wagons. Nous ralentissons. A tel point que nous aurions le temps de descendre pour nous regarder passer :-/
Les CFF ayant toujours le mot pour rire, nous informent que nous roulons moins vite !!! Ah, bon ??!!!?
Re-bruits de « toc-toc-toc » et cette fois on s’arrête complètement en rase campagne bien avant Martigny. Je commence à songer que ça va être chaud pour mon car. Un quart d’heure plus tard, nous sommes informés que le contacteur endommagé par le ballast est réparé et que nous repartons pour de bon.
Finalement 25 minutes de retard à Sierre, mon car est parti. Le suivant est deux heures plus tard. J’appelle mon Loup qui vient me chercher et nous ferons quelques courses.
Qu’il est beau notre chalet sous la neige !
Le Loup a tout bien dégagé un petit chemin pour l’atteindre. Chanel est là, endormie dans SON fauteuil. Un petit bisou et nous reprenons Chloro pour aller au Café de la Poste. Scandaleux, je sais, pour aller aussi près. Je devrai avoir honte. Eh bien : oui, mais un moment de honte est bien vite passé.
La Poste se remplira vite avec des gens du pays. C’est sympa. On est tous contents de se voir. C’est un bon début de saison qui s’annonce. On se régalera d’une entrecôte au poivre, divine comme toujours.
Nous bavarderons un moment avec le cuisiner Laurent, puis prendrons le café avec nos amis Marie-Thé et Augustin. Moment chaleureux, drôle et toujours intéressant. Puis vient l’heure de regagner nos pénates, Augustin s’occupant de la sécurité devra se lever très tôt pour s’assurer que les pistes sont praticables et sécures.
Et nous nous couchons immédiatement.
A 3 heures, Chanel m’ayant piétiné dans tous les sens pour me prouver son affection, je me lève et voit qu’il neige. Augustin avait raison. Il en tombera 20 cm. Puis un rayon de soleil rendra toute la vallée magnifique. Puis la neige reviendra et elle tombe encore….