Panne du 29 novembre

Profitant de mon jeudi après-midi de congé et que le temps soit devenu un peu plus clément, entendez par là qu’il ne tombe plus des trombes d’eau, j’en profite pour faire quelques courses en France voisine.

Je passe la frontière pour me rendre dans un supermarché proche d’Annemasse et une fois que je suis au milieu de rien, mon câble d’accélérateur de scooter lâche…. L

Il y a bien sûr une bonne bise qui sévit et dans la foulée une petite pluie fine et glaciale s’est remise à tomber L

J’appelle le Touring Club Suisse (TCS), LA centrale de dépannage en Suisse, en espérant qu’ils ne me laisseront pas en rade parce que je suis en France…

La dame est charmante, mais me signale tout de même que c’est plus compliqué, et que le mieux serait que je pousse mon scooter jusqu’à la frontière Suisse. Environ 150 kilos, je n’y songe même pas…

Finalement elle me rappelle, m’informe qu’il y a environ une heure d’attente, mais que l’on va venir à mon secours. Toute guillerette j’indique ma position et prends mon mal en patience.

Je ne suis pas énervée du tout je me dis bien que mon après-midi est perdue, mais c’est comme çà.

Et là je découvre un petit salon de thé, juste à côté dans un renfoncement et caché par une voiture malade elle aussi, sur un cric, avec une roue en moins… C’est la journée !

Je le dis toujours : je suis une chanceuse. L’endroit est bien chauffé, le patron (le médecin de la voiture) est souriant, accueillant….et on se raconte nos misères de véhicules en passant…

Marrant ce salon de thé, ce ne sont que des hommes qui viennent là. Ils ont tous un sourire bienveillant pour la pauvre dame qui est en panne.

Le dépanneur arrive enfin. J’accours pour lui donner mes clés. Et là il me cueille par un :

         « Bonjour ! Ne courez pas ! Comment allez-vous ? » avec la main tendue et un grand sourire.

         « Très bien, merci et vous ? »

Et je pense au Québec où c’est toujours ainsi que deux personnes qui se rencontrent entrent en matière. Du coup je suis aussi souriante et de bonne humeur.

Cet homme complaisant m’a chauffé le camion pensant que je serai frigorifiée et me propose de m’installer tout de suite pendant qu’il charge le scooter.

Ensuite après m’avoir demandé à quel garage déposer le « blessé », nous papotons. 

Il doit s’arrêter à Etrembières pour prendre de l’essence, je n’ose lui dire que j’en profiterais bien pour faire mes courses à la Migros J….

M’explique qu’ils ne sont qu’une petite entreprise agréée par le TCS et comment elle fonctionne. Très intéressant. Nous arrivons au garage après que je lui ai fait éviter les embouteillages genevois, du CEVA et autres….

Je le remercie chaleureusement et lui laisse une « bonne-main » comme on dit en Suisse….

Cinq minutes plus tard, alors que je prends rendez-vous avec le mécanicien, je reçois un SMS de « David le dépanneur » qui me remercie de ma gentillesse, mon sourire et ma bonne humeur J

Trop joli ! Mais quelle bonne journée !